Cet article date de plus de deux ans.

Coronavirus Covid-19 : le député LR de l'Oise Maxime Minot déplore un "manque d'information et de transparence"

Dans l'Oise, l'un des deux principaux foyers de propagation du Covid-19 en France, le gouvernement recommande "aux habitants de limiter leurs déplacements" et "si possible recourir au télétravail". Le député LR du département appelle le gouvernement à "être dans la totale transparence".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le plan blanc a été déclenché mercredi 26 février à l'hôpital de Creil (Oise), après la mort due au coronavirus Covid-19 d'un homme y ayant séjourné. Photo d'une employée de l'établissement de soins, portant un masque. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / EPA)

A l'issue d'un conseil de défense et d'un conseil des ministres pour faire le point sur l'épidémie de coronavirus Covid-19, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé samedi 29 février l'interdiction de tous les rassemblements collectifs dans les deux clusters (regroupements de cas) identifiés, à savoir à La Balme-de-Sillingy, en Haute-Savoie, et dans l'Oise.

"Ce sont des mesures nécessaires car la population a besoin d’être rassurée, d’être informée", salue sur franceinfo Maxime Minot, député LR de l'Oise. Mais s'il estime qu'"au niveau national on est très bien informé des gestes barrières qui permettent de casser la chaîne de contamination", il déplore en revanche que dans l'Oise il n'y ait "pas d'indications particulières" pour ce foyer de contamination. "On manque d'information et de transparence", regrette-t-il.

Les établissements scolaires des cinq communes situées dans le cluster de l'Oise (Crépy-en-Valois, Creil, Lamorlaye, Lagny-le-Sec et Vaumoise) n'ouvriront pas lundi. Maxime Minot pointe du doigt des "difficultés" : "Dans les communes parfois limitrophes, les écoles rouvriront (...) Beaucoup de jeunes s'inquiètent de savoir pourquoi eux pourront rentrer à l'école, alors qu'ils seront peut-être en contact avec les frères et soeurs de certains qui ne peuvent pas retrouver les bancs de l'école lundi", prévient le député.

Un besoin de "totale transparence"

"Je ne fais que ça, essayer d'avoir des informations [auprès] du gouvernement", assure Maxime Minot, qui explique être "très régulièrement" en lien avec le préfet. "Mais il possède très peu d'informations, donc nous avons très peu d'informations à [transmettre] à la population", poursuit-il. Maxime Minot assure être lui-même "parfois dans le brouillard" et se dit "surpris d'apprendre des choses grâce aux chaînes d'info en continu". Il appelle donc le gouvernement à "être dans la totale transparence" afin d'éviter l'effet de panique provoqué par la récente multiplication des cas recensés.

Aujourd’hui il y a un réel sentiment d’inquiétude qui se fait ressentir dans le département. Il est temps de calmer le jeu, d’en appeler chacun à la responsabilité.

Maxime Minot

à franceinfo

Selon Maxime Minot, l'inquiétude grandissante de ses concitoyens se fait notamment ressentir "dans les ruptures de gels hydro-alcooliques dans certaines pharmacies" et dans le fait que des "supermarchés commencent à être pris d'assaut"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.