Cet article date de plus de trois ans.

Coronavirus : Accor va supprimer un millier d'emplois, après une forte perte semestrielle

Lourdement touché par la crise du coronavirus, le groupe a enregistré une perte nette de 1,5 milliard d'euros.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le groupe hôtelier Accor Hotels, qui regroupe plusieurs enseignes comme Ibis ou Novotel, a connu une perte importante au premier semestre 2020, marqué par la crise du coronavirus. (FOTOSTAND / K. SCHMITT / FOTOSTAND / AFP)

Frappé de plein fouet par la crise sanitaire liée au Covid-19, le géant français de l'hôtellerie Accor a annoncé, mardi 4 août, la suppression d'un millier d'emplois dans le monde, après avoir plongé dans le rouge au premier semestre. Le groupe, qui avait été contraint de fermer pendant plusieurs mois une grande partie de ses hôtels dans le monde à la suite de la pandémie de Covid-19, veut réduire ses coûts récurrents de 200 millions d'euros d'ici 2022.

Ce plan d'économies va se traduire par la suppression d'un millier d'emplois dans le monde, sur un total de 18 000, a précisé son directeur général adjoint, Jean-Jacques Morin, lors d'une conférence de presse téléphonique. "C'est difficile" de faire un plan d'économies "dans un business autour des hommes sans avoir un effet autour du personnel", a-t-il estimé. "Mille personnes vont devoir se repositionner, on va les aider", a-t-il ajouté, en évoquant notamment la mise en place de formations.

Ces suppressions d'emplois vont "toucher l'ensemble des entités du groupe", qui compte des enseignes comme Ibis, Sofitel, Novotel, Mercure ou Pullman, a indiqué le directeur adjoint, sans préciser les pays concernés. Accor a basculé dans le rouge au premier semestre, avec une perte nette de 1,5 milliard d'euros, due principalement à des dépréciations de la valeur de certains de ses actifs en raison de la pandémie. Le sixième groupe hôtelier mondial avait dégagé un bénéfice de 141 millions d'euros sur la même période l'an dernier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.