Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : à Monaco, le prince Albert réduit le train de vie du palais de 40%

Des dépenses exceptionnelles ont été engagées par la Principauté le temps de la crise sanitaire, à l'image de l'attribution d'un revenu minimum extraordinaire d'un montant de 1800 euros aux travailleurs indépendants qui en font la demande.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le prince Albert II, le 24 novembre 2017, à Monaco. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Un effort de la couronne. Le prince Albert II de Monaco a décidé de diminuer de 40% le budget de fonctionnement du Palais princier face aux "conséquences économiques sans précédent" de l'épidémie de coronavirus. "La gravité de la situation impose une gestion financière rigoureuse (...) aux fins d'une diminution globale des dépenses de l'Etat", a indiqué la Principauté dans un communiqué, diffusé mercredi 22 avril.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus et le confinement dans notre direct

"Dans ce contexte, le Prince souverain a décidé de réduire les dépenses de fonctionnement du Palais princier avec une baisse de près de 40% de sa dotation qui passe de 13,2 millions d'euros à 8 millions d'euros", ajoute-t-elle. Le Rocher, sur les bords de la Méditerranée, a été touché par l'épidémie et le Prince Albert II avait lui-même contracté le virus. Mais il est, depuis, guéri.

Un revenu minimum extraordinaire d'un montant de 1 800 euros

Mardi soir, le Conseil national (Parlement) du Rocher a voté un budget rectificatif de l'Etat en déficit pour l'exercice 2020 de quelque 477 millions d'euros. En cause, une baisse anticipée des recettes, d'un montant voisin de 175 millions d'euros, principalement liée à une chute de la TVA, et des dépenses exceptionnelles de l'ordre de 300 millions d'euros. Le vote a été obtenu à l'unanimité. Le budget primitif, à l'équilibre, était de 1,5 milliard d'euros.

Les dépenses exceptionnelles ont été engagées en raison de la crise sanitaire pour financer des mesures de chômage partiel, une aide aux bas salaires ou encore l'attribution d'un revenu minimum extraordinaire d'un montant de 1 800 euros, le temps de la crise, à tous les travailleurs indépendants qui en feront la demande. Entre 2 000 et 2 500 personnes pourraient être concernées. Monaco a décrété un confinement jusqu'au 3 mai.

Il n'existe pas en Principauté d'imposition directe ni de possibilité de recours à l'endettement, mais l'Etat monégasque a constitué un fonds de réserve d'un montant de 5 milliards d'euros constitué pour moitié de liquidités. Le Prince assure dans son communiqué avoir "toute confiance dans la solidité du modèle économique et social de la Principauté de Monaco pour surmonter cette crise sanitaire aux conséquences économiques sans précédent".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.