Cet article date de plus de trois ans.

Coronavirus à Mayotte : "Le gouvernement a commencé à entendre les cris que nous lançons depuis plusieurs semaines" estime un député

Mansour Kamardine, député Les Républicains de Mayotte, met en garde sur les difficultés pour certains habitants de l'île à rester confiner et à appliquer les gestes barrières, et demande que des masques soient distribués gratuitement.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'absence d'accès à l'eau potable pour une partie des habitants de Mayotte complique le respect des gestes barrières, comme ici à Kaweni, un quartier de Mamoudzou, en octobre 2019. (MAXPPP)

La première carte provisoire indiquant les départements classés en vert, orange et rouge en vue du déconfinement le 11 mai a été dévoilée jeudi par le gouvernement. Elle sera remise à jour quotidiennement. Mayotte est le seul département des DROM (départements et régions d'outre-mer) à être en rouge. "Le gouvernement a commencé à entendre les cris que nous lançons depuis plusieurs semaines", a estimé vendredi 1er mai sur franceinfo Mansour Kamardine, député Les Républicains de Mayotte.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire dans notre direct

"Il reste neuf lits de réanimation. Il n'y a quasiment plus de lits dans les services de médecine. Le virus circule beaucoup mais ce n'est pas nouveau, cela a été révélé parce que le gouvernement a commencé à entendre les cris que nous lançons depuis plusieurs semaines. Cette situation est la conséquence d'un état d'abandon coupable à l'égard de Mayotte par l'État et le gouvernement."

Depuis très longtemps nous avons dit, attention, c'est un tsunami, une hécatombe qui s'annonce si des mesures ne sont pas prises.

Mansour Kamardine, député LR de Mayotte

à franceinfo

Difficile de respecter le confinement

Si le virus circule autant c'est en raison "d'une difficulté pour faire respecter le confinement, d'un manque cruel de moyens pour tester et soigner et d'une communication complètement inadaptée aux réalités sociales et sociologiques", a estimé Mansour Kamardine.

À Mayotte la pauvreté est très forte. "Nous ne pouvons pas imaginer qu'on demande aux gens d'aller acheter des masques. Il faudra que le gouvernement accepte de donner des masques gratuitement à ces populations qui sont en détresse. Il faut que les gens sortent pour aller travailler et pour pouvoir manger." Pour envisager un déconfinement le 11 mai en toute sécurité, il faut que l'État "traite Mayotte comme les autres" départements, a insisté le député.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.