Cirque, cabaret : le monde du spectacle se bat pour rester vivant pendant le nouveau confinement

Le monde du spectacle vivant s'organise pour faire face au reconfinement. Beaucoup d'artistes continuent à s'entraîner et à répéter, dans l'espoir de reprendre leur activité début décembre.

France 2

Sous le chapiteau de la famille Grüss, malgré l'arrêt des spectacles, les artistes sont toujours debout dimanche 31 octobre. La compagnie avait enfin retrouvé son public dans la semaine du 19 octobre, après six mois d'arrêt. Le reconfinement est un nouveau coup de massue. "On a passé le premier confinement à se remonter les manches en se disant qu'on allait travailler deux fois plus que d'habitude avec les chevaux, qu'on allait monter un nouveau spectacle. On espérait qu'en hiver ça se passe bien, raconte Firmin Grüss, directeur des Folies Grüss. Aujourd'hui, on est dans l'incertitude totale". 

Une saison d'hiver incertaine

La compagnie emploie 80 salariés. Mais, même avec les mesures de chômage partiel, la famille est inquiète. La saison d'hiver représente habituellement 4 à 6 millions d'euros de chiffre d'affaires ; une somme qui n'entrera pas dans les caisses si le public n'est pas de retour avant Noël.

Au cabaret Le Crazy Horse à paris aussi on continue à se préparer comme si de rien n'était. Mais sans spectateurs dans la salle, c'est dans les réseaux sociaux que les danseuses continuent à exister, avec des cours de danse, des exercices ou des visites virtuelles du cabaret. Un moyen pour ne pas perdre le contact avec le public.    

Le JT
Les autres sujets du JT
Un ouvrier déplace le matériel de la scène principale du théâtre \"La Filature\" de Mulhouse (Haut-Rhin), jeudi 29 octobre 2020, à la veille de l\'entrée en vigueur d\'un nouveau confinement pour lutter contre la pandémie de Covid-19.
Un ouvrier déplace le matériel de la scène principale du théâtre "La Filature" de Mulhouse (Haut-Rhin), jeudi 29 octobre 2020, à la veille de l'entrée en vigueur d'un nouveau confinement pour lutter contre la pandémie de Covid-19. (SEBASTIEN BOZON / AFP)