Covid 19 : le monde culturel en colère après la prolongation de la fermeture des théâtres et cinéma

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Monde de la culture : douche froide après les annonces de Jean Castex
France 2
Article rédigé par
E.Cornet, J.Boudier, A.Richier, S.Guibout, G.Basle, F.Cerulli, J.Cordier - France 2
France Télévisions

Théâtres, musées et cinémas ne pourront pas rouvrir le 15 décembre comme prévu. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi qu'ils devront rester fermés trois semaines supplémentaires.

Le monde de la culture, à l'arrêt depuis des semaines, attendait les annonces du Premier ministre avec impatience. Mais les salles de spectacles, les cinémas et les musées devront rester fermés jusqu'au 7 janvier, au minimum, a indiqué Jean Castex, jeudi 10 décembre. En cause : l'évolution de l'épidémie de Covid-19.

Michel Boujenah comprend mais dénonce la confusion

"La vie est plus importante" que la fermeture prolongée des théâtres décidée par le gouvernement pour freiner l'épidémie de Covid-19, a estimé l'acteur Michel Boujenah vendredi 11 décembre sur franceinfo. Mais "le sentiment qu'on a, c'est qu'il y a un manque de pédagogie et un manque de clarté" dans les annonces, a-t-il ajouté.

"Si c'est légitime de fermer les théâtres aujourd'hui, il faut que ce soit bien expliqué. Ensuite, ce n'est pas possible de dire : "On se revoit le 7 janvier". Parce que pour ouvrir un théâtre, ce n'est pas comme ouvrir ou fermer un magasin. C'est compliqué, il faut remettre une machine en marche", insiste le comédien.

Le syndicat des entreprises culturelles en colère

La Scala, à Paris, plusieurs spectacles devaient débuter la semaine du 14 décembre. Pour le personnel, le coup est rude. "Cette espèce de 'stop and go' est harassant pour le moral. On avait à peine trois semaines pour faire revenir les gens, on était en train de réussir et tout s'effondre", déplore Frédéric Biessy, le directeur du théâtre.

"Aucune concertation n'a été menée avec nous: on ne comprend pas cette décision", a déclaré à l'AFP Nicolas Dubourg, président du Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac). "On découvre aujourd'hui à cinq jours de la date annoncée que finalement les théâtres ne vont pas réouvrir. C'est des milliers de salariés partout en France à qui on explique que tout le travail qu'ils ont mis en oeuvre ces derniers jours tombe à l'eau", déplore M. Dubourg, qui dirige le théâtre de la Vignette à Montpellier.

"On nous explique qu'il faut "éviter le brassage" or précisément les mesures de protection sanitaire que nous avons mises en place dans les théâtres et les salles de spectacle respectent cette consigne" alors que "des personnes s'accumulent par ailleurs tous les jours dans les transports en commun, dans les magasins...", dénonce le président du syndicat qui regroupe 400 scènes nationales et centres dramatiques subventionnés.

Le cinéma crie son incompréhension

Douche froide aussi pour le cinéma, puisque plusieurs sorties de film étaient programmées et doivent être reportées. Le secteur crie son incompréhension et se sent abandonné.  "C'est d'une totale incompréhension, on est stupéfaits, dépités", a réagi ce vendredi sur franceinfo Jocelyn Bouyssy, directeur général des cinémas CGR, 73 cinémas répartis en France.

"C'est un gros coup dur. Il y a une clause de revoyure mais si on doit rouvrir avec un couvre-feu, il n'y a pas plus d'intérêt. Y aura-t-il des films ? Est-ce que les distributeurs vont maintenir les sorties avec un couvre-feu ? On va essayer de s'en sortir mais il va y avoir des morts. On ne voit pas le bout du tunnel.", ajoute M. Bouyssy.

"C’est une hérésie, c’est incompréhensible", a réagi de son côté sur franceinfo Richard Patry, le président de la Fédération nationale des cinémas français. 
"Le Premier ministre le dit lui-même. Il n'y a aucune contamination dans les lieux de spectacle. Nous appliquons un protocole sanitaire strict, un double protocole sanitaire, le masque et la distanciation physique. C’est-à-dire que quand vous êtes assis dans un train, vous êtes bien moins en sécurité que quand vous êtes assis dans une salle de cinéma. En plus, dans une salle de cinéma ou dans un théâtre, tout le monde regarde dans le même sens. Dans le monde, j'ai refait un tour du monde aujourd'hui par téléphone avec tous mes collègues : pas un cas de cluster. Il y a des pays dans le monde où les cinémas n'ont jamais fermé, même en Corée du Sud qui a pourtant endigué l’épidémie, les cinémas là-bas n’ont pas fermé. Et pourtant, la culture paye le prix d'une politique de communication parce qu'on ne veut pas faire croire qu'on lâche du lest", constate M. Patry.

Musées fermés

Les musées également resteront fermés. "On est, bien entendu, déçu, mais si c'est pour la santé des Français, de nos employés et de tout le monde, c'est une mesure à laquelle il faut se soumettre", estime Eric Fabre, directeur commercial du musée Fragonnard, à Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.