Inde : depuis le confinement, des Français vivent à Goa

L'État de Goa est surnommé "la perle de l'Inde" pour ses plages de sable blanc à perte de vue et son héritage architecturale classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Un petit paradis qui a séduit nombre de Français depuis le confinement.

France 2

Les voyeurs la surnomment "la perle de l'Inde". Dans l'ouest du pays, le petit État de Goa est un repère pour les personnes à la recherche de calme et de spiritualité. Un endroit idyllique au milieu des plages de sable blanc et des cocotiers. De nombreux Français ont été bloqués sur place à cause de l'interruption du trafic aérien en mars dernier, en raison du confinement. Obligés de rester, certains sont tombés amoureux de l'État côtier. Depuis, ils ne veulent plus repartir, peu motivés à l'idée de retrouver la France et la pandémie de coronavirus. "Les échos que l'on a de la France ne sont pas très réjouissants. J'ai l'impression que le climat social est assez lourd, ça ne me donne pas énormément envie de rentrer", explique Elisa Rothan, touriste à Goa.

Vivre avec une centaine d'euros par mois

Pour financer leur séjour prolongé, certain ont dû trouver des solutions sur place. Manon Soussi a épuisé toutes ses économies, alors elle vend des gâteaux qu'elle cuisine elle-même et du lait de coco aux restaurateurs du village. Elle propose également des massages. Des petits boulots qui rapportent peu, mais qui lui permettent de vivre. "J'arrive à me faire une centaine d'euros par mois, ce qui me permet de tenir, de payer ma maisonette, ma nourriture, et de faire des activités", indique la touriste. À Goa, on peut vivre avec quelques centaines d'euros par mois. "Ces Français qui prolongent leur séjour sont bien en situation légale sur le sol indien : tant que le pays n'autorise pas l'arrivée de touristes, ceux déjà présents sur le territoire peuvent prolonger leur visa", explique Angélique Forget, envoyée spéciale à Goa.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des touristes sur une plage de Goa en Inde, le 13 mars 2020.
Des touristes sur une plage de Goa en Inde, le 13 mars 2020. (PUNIT PARANJPE / AFP)