Covid-19 : "Entraver la libre circulation d'une région à l'autre, ça nous préoccupe beaucoup", alerte l'Association des maires de France

"Cette question des libertés publiques devient un point majeur dans la gestion de cette crise", souligne Philippe Laurent, secrétaire général de l'AMF.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire de Sceaux Philippe Laurent le 15 décembre 2018, lors du Congrès de l'UDI. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Entraver la libre circulation d'une région à l'autre, ça nous préoccupe beaucoup", prévient Philippe Laurent, secrétaire général de l'Association des maires de France (AMF) sur franceinfo jeudi 28 janvier, quelques heures après que le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, a confirmé sur France Inter que de nouvelles mesures sanitaires étaient à l'étude, dont un "confinement très serré".

En plus de la fermeture des écoles, "il y a un autre sujet qui nous préoccupe, celui de la question des restrictions aux libertés", dit Philippe Laurent. "Alors nous acceptons et comprenons parfaitement la question des couvre-feux. Maintenant, la question d'entraver la libre circulation d'une région à l'autre, ça, c'est quelque chose qui nous préoccupe beaucoup et pour lequel, fondamentalement, j'allais dire éthiquement, les maires de France qui sont parmi les piliers de la République, peuvent difficilement accepter ces restrictions."

Il ne s'agit pas pour autant de faire front contre de nouvelles restrictions sanitaires souligne le maire (UDI) de Sceaux (Hauts-de-Seine). Mais "accepter des restrictions de circulation, c'est quelque chose qui nous paraît assez difficile. Franchement, cette question des libertés publiques devient un point majeur dans la gestion de cette crise""Le rôle du gouvernement" déclare Philippe Laurent, c'est de "trouver le bon équilibre".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.