Confinement : une commerçante du Haut-Rhin en grève de la faim pour dénoncer la fermeture des petits commerces

Elle dénonce l’inégalité de traitement vis-à-vis des grandes surfaces qui peuvent continuer à vendre des produits non-alimentaires.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Une commerçante de Blotzheim (Haut-Rhin), gérante d’une enseigne de prêt-à-porter féminin qui a dû fermer, a entamé une grève de la faim pour dénoncer l’injustice provoquée par le nouveau confinement, rapporte samedi 31 octobre 2020 France Bleu Alsace

Véronique Weingarten tient avec sa mère cette boutique de prêt-à-porter près de la frontière suisse. Elle estime que ce nouveau confinement va mettre en péril son commerce et s’indigne de la différence de traitement avec les grandes surfaces. Elle a entamé cette action pour alerter les pouvoirs publics et les élus. Pour elle, il est clair qu'on va "vers la mort du petit commerce". Elle espère être entendue "là-haut, au gouvernement, jusqu'à Monsieur Macron" précise-t-elle.

Un message adressé à Emmanuel Macron

Cette commerçante suggère au président de la République de venir dans sa boutique, pour constater que "toutes les mesures barrière sont appliquées". Pour elle, "c’est totalement illogique et incompréhensible que les grandes surfaces puissent vendre des chaussures, de la maroquinerie, de l’habillement, des livres".

Véronique Weingarten a installé une tente devant sa boutique pour être présente toute la journée. Elle a aussi placé un lit à l’intérieur du magasin, près de la vitrine principale, pour y passer la nuit. Elle sera suivie quotidiennement par son médecin traitant afin ne pas mettre sa santé en danger.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.