Confinement : la station de ski de L'Alpe-d'Huez prête à des mesures "draconiennes" pour rouvrir à Noël

Jean-Yves Noyrey, maire d'Huez, en Isère, explique que ne pas pouvoir rouvrir les stations de ski en décembre et en janvier "serait une catastrophe pour l'économie de tout un territoire".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Sur une piste de la station de l'Alpe-d'Huez, le 30 janvier 2020 (photo d'illustration). (RICHARD MOUILLAUD / MAXPPP)

"On est prêts à appliquer des mesures barrières draconiennes" pour rouvrir les stations de ski à Noël, a déclaré mercredi 18 novembre sur franceinfo Jean-Yves Noyrey, maire d’Huez (Isère), la commune où se trouve la station de ski de L'Alpe-d'Huez. Jean-Yves Noyrey est "complètement dans l'incertitude" dans l'attente des annonces des autorités sur un éventuel déconfinement. La perspective de ne pas pouvoir rouvrir en décembre et en janvier "serait une catastrophe pour l'économie de tout un territoire", alerte l'élu isérois.

franceinfo : À un mois des vacances de Noël, savez-vous si la station de L'Alpe-d'Huez pourra ouvrir ou êtes-vous complètement encore dans l'incertitude ?

Jean-Yves Noyrey : Nous sommes complètement dans l'incertitude. Nous sommes bien conscients que le déconfinement devrait être adapté à chaque situation, ce qui nous a amené à nous poser toutes les questions pour pouvoir recevoir une clientèle potentielle dès Noël et le jour de l'An. C'est important pour nous, pour tous les commerçants et les professionnels en mettant en place un certain nombre de gestes barrières. On a par exemple un hôtel sur L'Alpe-d'Huez, et sur Les Deux-Alpes aussi, pour faire un point de test en accord avec des médecins, de façon à tester toutes les personnes qui le souhaitent ou qui pourraient être des cas à contrôler.

Est-ce que vous avez peur que le gouvernement décide d'interdire l'ouverture des stations de ski pour les fêtes de fin d'année ?

On est bien conscient de tout ça. Les Deux-Alpes, L'Alpe-d'Huez et toutes les stations d'Isère et de Savoie qui ne pourraient pas ouvrir au mois de décembre et janvier, ce serait une catastrophe pour l'économie de tout un territoire. Il en faudrait peu, pourtant, pour mettre en place toutes les mesures pour recevoir une clientèle dans de bonnes conditions, tout à fait saines. Sur L'Alpe-d'Huez et Les Deux-Alpes, c'est à peu près 1 600 personnes salariées de chaque côté. Il y a des saisonniers qui se verraient dans l'impossibilité de trouver un travail quelconque. Il n'est pas question aujourd'hui de pouvoir honorer des contrats pour les saisonniers, ce n'est pas possible. C'est donc 3 200 saisonniers qui se verraient dans l'impossibilité de travailler, sans compter tous les commerçants et les indépendants liés à la présence des skieurs dans les stations. C'est une activité très locale et très concentrée sur une période importante. Un commerçant, chez nous, va faire plus de 20% de son chiffre d'affaires sur la période de Noël.

Quel est le message que vous souhaitez faire passer aux autorités ? Vous êtes prêts à accueillir moins de monde pour pouvoir ouvrir les stations cet hiver ?

Sincèrement, on sait qu'on aura moins de monde, puisqu'aujourd'hui on a 60% de clientèle étrangère dans une station comme Les Deux-Alpes, 50% sur L'Alpe-d'Huez, une clientèle qui ne sera pas présente. Ça veut dire qu'on va se retrouver avec un potentiel de 50% de ce que l'on a comme fréquentation habituellement. Même si on sait qu'au dernier moment les Français peuvent se décider à venir en vacances à la montagne, ça ne remplacera pas toute la clientèle professionnelle.

On est prêt à s'adapter. On a carrément loué un hôtel pour mettre toutes les personnes qui seraient touchées par le Covid !

Jean-Yves Noyrey, maire d'Huez

à franceinfo

On fait attention à ce que tous les clusters qui pourraient venir des saisonniers soient bien gérés. On met en place des dépistages automatiques pour ceux qui viennent travailler en station. On mène au niveau national un travail autour des moniteurs de ski pour que qu'ils ne mangent pas ensemble, qu'ils ne se retrouvent pas ensemble, pour que les pisteurs sur le terrain et les remontées mécaniques ne se côtoient pas. On est prêts à appliquer des mesures barrières draconiennes pour réussir Noël et le jour de l'An, pour pouvoir essayer de faire une saison avec un chiffre d'affaires qui sera au final de moitié par rapport à ce qui était escompté au départ.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.