Confinement : les mesures d'aide du gouvernement pour accélérer la numérisation des commerces

L'Etat ouvre notamment un site référençant les prestataires de service nommé "clique-mon-commerce.gouv.fr" pour permettre aux entreprises d’identifier les solutions les plus adaptées à leur profil.  

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un salarié en télétravail dans le Maine-et-Loire, le 3 novembre 2020.  (THIBAUD VAERMAN / HANS LUCAS / AFP)

Face au confinement et aux fermetures de magasins, le gouvernement a proposé une série de mesures, mardi 10 novembre, pour accélérer la numérisation des petites et moyennes entreprises dont seules un tiers ont un site internet. Les voici résumées.

Des plateformes d'hébergement

Les commerçants sont encouragés à rejoindre une place de marché en ligne mettant en avant le commerce de proximité.

A cette fin, les communes peuvent recevoir une aide de 20 000 euros pour créer des plateformes locales d'e-commerce, à laquelle peut s'ajouter une subvention de 40 000 euros sur deux ans pour déployer des offres de formation et établir des diagnostics pour les commerçants.

Plusieurs villes comme Angers, Evreux, Nice ou Châlons-en-Champagne ont déjà créés de tels portails.

Des services de livraison et de paiement en ligne

Pour développer un site marchand, proposer un service de livraison ou de paiement en ligne, assurer un référencement sur une place de marché ou mieux communiquer avec les clients, le portail du gouvernement clique-mon-commerce.fr permet au commerçant de trouver à qui s'adresser.

Parmi les prestataires référencés, on trouve des acteurs locaux ou nationaux, mais aussi des multinationales comme le livreur de repas Uber Eats. Beaucoup offrent les frais d'abonnement durant le confinement ou proposent des commissions réduites, comme la plateforme de La Poste "Ma Ville, mon shopping".

Un chèque numérique d'un montant maximal de 500 euros 

Individuellement, les commerçants auront droit à partir de janvier à un "chèque numérique" d'un montant maximal de 500 euros, en fait un remboursement sur facture pour la création d'un site internet, l'adhésion à une plateforme en ligne, l'acquisition d'un logiciel ou encore une prestation d'accompagnement.

Le gouvernement estime que cette aide pourra bénéficier à 120 000 entreprises pour un coût de 60 millions d'euros.

Des formations pour les TPE 

Enfin des services d'accompagnement et de formation à la numérisation à destination des TPE, prévus par le plan de relance, sont lancés de manière anticipée.

Ainsi, "10 000 diagnostics présentiels approfondis proposés par les chambres de commerce et d'industrie (CCI) et les chambres des métiers et de l'artisanat (CMA), prévus en 2021, débuteront avant la fin de l'année", détaille le document du ministère de l'Economie.

Les CCI ont annoncé de leur côté le lancement d'une opération "vendre et communiquer en période de confinement" avec les fédérations de commerçants de l'habillement (FNH), de la chaussure (FDCF) et de la bijouterie-horlogerie (UBH), qui informera ces magasins fermés par décision administrative sur les différentes aides disponibles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.