Chasse : les traques reprennent grâce à des dérogations

Les chasseurs sont de nouveau autorisés à reprendre leur activité, lundi 16 novembre, mais sous certaines conditions. Grâce à des dérogations, ils pourront tirer sur des espèces considérées comme nuisibles.

France 2

Depuis le début du confinement, aucun tir de chasse n'a résonné dans les vallées et les forêts du Doubs. Mais cette pause prend fin avec la dérogation accordée par le préfet. Les traques du grand gibier comme les chevreuils et les sangliers, espèces considérées comme nuisibles, sont désormais encadrées par des règles sanitaires strictes, avec notamment le port du masque obligatoire.

"Des dégâts de sangliers"

Jean-Claude Guy piste le gibier depuis plus de 40 ans. Selon lui, les trois semaines d'arrêt de chasse ont été dommageables. "On le voit depuis qu'on a arrêté de chasser, sur les pâturages au-dessus, il y a des dégâts de sangliers", avance Jean-Claude Guy, président de l'association Communales de chasse agrées de Chaux-Neuve (Doubs). Les dommages provoqués par des animaux dans les champs peuvent être remboursés par les fédérations de chasse. Mais certaines d'entre elles ont menacé de cesser les versements en cas de suspension de la chasse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un chasseur à Pietrosella (Corse-du-Sud), le 15 août 2020.
Un chasseur à Pietrosella (Corse-du-Sud), le 15 août 2020. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)