Confinement : une recrudescence des violences intra-familiales

Une intervention a tourné au drame vendredi 3 avril à Toulouse (Haute-Garonne). Un homme qui s'est jeté sur des policiers a été abattu lors d'une intervention pour violences conjugales. Depuis le début du confinement, les violences intra-familiales sont en forte augmentation.

France 3

Au fond d'un couloir, un homme est placé en garde à vue à Barberey-Saint-Sulpice (Aude) depuis 48 heures. Alertée par son épouse, la gendarmerie l'a interpellé pour violences. Il est séparé de sa famille le temps de trouver une solution de protection. "L'homme va être hébergé chez un ami. Mais on a toujours ce souci de savoir comment séparer dans le couple avec des places d'hébergement d'urgence limitées en cette période", explique le lieutenant Nathaniel Daux, commandant du comité de brigade de Barberey.

Un simple SMS peut permettre de donner l'alerte

Pour certaines personnes, il est difficile de faire appel aux forces de l'ordre et de signaler des comportements violents avec le confinement lié à l'épidémie de Covid-19. Au centre d'information des droits des femmes et de la famille, on constate une baisse des appels de près de 30%. La proximité entre conjoints à cause du confinement est en cause. Pour aider les victimes, de nouveaux moyens sont mis à disposition. Avec un simple SMS, le 114 permet de donner l'alerte.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une affiche de l\'association NousToutes, en soutien aux victimes de violences conjugales, physiques et sexuelles dans le contexte du confinement, placardée à Paris le 25 mars 2020. 
Une affiche de l'association NousToutes, en soutien aux victimes de violences conjugales, physiques et sexuelles dans le contexte du confinement, placardée à Paris le 25 mars 2020.  (DENIS MEYER / HANS LUCAS)