Confinement : les gendarmes de l'Île-de-Ré empêchent un homme de voir son père une dernière fois avant sa mort, il le signale à l'IGGN

Invoquant le respect des règles du confinement, des gendarmes de l'Île-de-Ré ont empêché un habitant du Loir-et-Cher de venir voir son père afin de lui dire au revoir car il souffrait d'un cancer généralisé, rapporte France Bleu Touraine. 

Article rédigé par
avec France Bleu Touraine - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un contrôle routier de gendarmes (illustration). (ADÈLE BOSSARD / RADIOFRANCE)

Au début du mois d'avril, Patrice Dupas a tenu à voir une dernière fois son père de 82 ans souffrant d'un cancer généralisé et a voulu se rendre sur l'Île-de-Ré avec une attestation de dérogation pour motif familial impérieux, relate France Bleu Touraine mercredi 15 avril. Avant de partir, cet habitant du Loir-et-Cher a contacté les gendarmes de son département qui lui ont assuré que c'était bien un motif de dérogation et qu'il n'y avait aucun problème.

L'homme a pu passer un premier contrôle de gendarmes en Charente-Maritime sans encombre, mais alors qu'il venait de franchir le pont conduisant sur l'île, il a finalement été obligé de faire demi-tour et été verbalisé par un gendarme inflexible qui a considéré qu'il s'agissait d'une violation des règles du confinement liées à l'épidémie de coronavirusLe gendarme n'a pas voulu comprendre les raisons invoquées par cet homme ni par le médecin de famille au téléphone.

L'octogénaire est finalement mort trois jours plus tard à son domicile et Patrice Dupas n'a pu revenir sur l'Île-de-Ré que pour assister à ses obsèques. Il compte contester son amende, a saisi le procureur de la République de La Rochelle et a fait un signalement auprès de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.