Confinement : la méthode indienne

L'Inde fait partie des pays où le confinement relève quasiment de l'impossible. Pourtant, cela fait un mois que la population doit rester chez elle. A New Delhi, une quarantaine très stricte est appliquée.

France 2

L'Inde est entièrement confinée depuis quatre semaines. Il n'y a plus aucun transport. Les écoles, les usines et les magasins sont fermés. Seules certaines épiceries et les pharmacies restent ouvertes. Et pourtant, les autorités indiennes ont décidé d'aller encore plus loin. A travers tout le pays, elles ont décidé de créer des hot spot, c'est-à-dire des zones d'alerte maximales dans lesquelles les habitants sont mis en quarantaine.

Pas suffisamment de tests pour tous les habitants

Dans ces zones, des drones volent, équipés de désinfectants. Des lances installées sur des tracteurs en projettent aussi. A New Delhi, il y a 80 hot spot et leur nombre augmente chaque jour. A l'intérieur d'un hot spot, des affiches de mise en quarantaine ont été apposées sur toutes les portes. Il y a eu quatre cas confirmés de Covid-19. Les quatre malades ont été hospitalisés. Les autres habitants n'ont plus le droit de mettre un pied dehors. Les autorités indiennes n'ont pas suffisamment de tests pour tous les habitants. Elles préfèrent donc enfermer tout le monde et attendre que des symptômes se déclarent.

Deux Indiens regardent le Premier ministre Narendra Modi annoncer le prolongement du confinement dans le pays, à Amritsar (Inde), le 14 avril 2020.
Deux Indiens regardent le Premier ministre Narendra Modi annoncer le prolongement du confinement dans le pays, à Amritsar (Inde), le 14 avril 2020. (NARINDER NANU / AFP)