Confinement : "La consigne, maintenant, est une consigne de fermeté", prévient la porte-parole de la gendarmerie

Le décret qui fait passer l’amende de 38 euros à 135 euros a été publié ce mercredi matin au Journal Officiel.

Premiers contrôles des attestations de déplacement dérogatoire, le 17 mars 2020 à Lorient (Morbihan).
Premiers contrôles des attestations de déplacement dérogatoire, le 17 mars 2020 à Lorient (Morbihan). (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)

"La consigne, maintenant, est une consigne de fermeté", a prévenu mercredi 18 mars sur franceinfo le lieutenant Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie nationale, concernant le confinement général qui est entré en vigueur mardi midi en France en raison de l'épidémie de coronavirus. "Le travail d’explications ayant été réalisé hier, nous pourrons procéder aux premières verbalisations" aujourd’hui, en cas de non-respect des règles, a-t-elle averti.

>> Économies en sursis, frontières fermées, élections et compétitions sportives reportées... L'Europe se claquemure face au coronavirus. Suivez notre direct.

De 135 à 175 euros d'amende

Maddy Scheurer a également indiqué que "le décret qui fait passer l’amende de 38 euros à 135 euros a été publié", "c’est donc une mesure qui est maintenant effective". Selon le décret publié au Journal officiel, "le montant de l'amende forfaitaire et de l'amende forfaitaire majorée s'élèvent respectivement à 135 et 375 euros".

Selon la porte-parole de la gendarmerie, les règles ont été "globalement respectées" hier. "Dans les toutes premières heures, les gens ont terminé de s’organiser pour se confiner. À ce stade, on observe des comportements responsables et civiques", a assuré Maddy Scheurer.

"Ce qui est impératif, c’est que ces mesures s’appliquent (…) Il est primordial de se confiner, de rester chez soi pour que la progression du virus soit enrayée", a insisté la porte-parole.