Vidéo "Complément d'enquête" : une spécialiste de l'éthique scientifique s'interroge sur le délai de relecture de l'étude de Didier Raoult sur l'hydroxychloroquine

Publié Mis à jour
La publication de l'étude de Didier Raoult sur l'hydroxychloroquine aurait été un peu précipitée… 24 heures au lieu de deux à quatre mois
Complément d'enquête

Le 17 novembre 2022, "Complément d'enquête" s'intéresse au médecin star de Marseille, celui qui dès mars 2020 disait pouvoir guérir le monde du Covid avec l'hydroxychloroquine. A l'appui de cette promesse, une étude supervisée par Didier Raoult lui-même. Une spécialiste de l'intégrité scientifique a décelé plusieurs anomalies dans le processus de sa publication. Voici ses explications dans cet extrait.

Le 16 mars 2020, la veille du confinement, une vidéo de dix-huit minutes enflamme les réseaux sociaux. Elle est publiée par Didier Raoult, un infectiologue marseillais à l'image de scientifique frondeur, qui prétend détenir le remède miracle au Covid-19 : l'hydroxychloroquine.

A l'appui, une étude supervisée... par le même Didier Raoult. Or sa publication semble avoir escamoté une étape essentielle : la relecture par d'autres chercheurs avant publication. C'est l'une des anomalies qu'a relevées une microbiologiste néerlandaise spécialiste de l'éthique scientifique. Elisabeth Bik a acquis une renommée mondiale pour son travail de traque des manipulations ou des erreurs dans la littérature scientifique. Une équipe de "Complément d'enquête" est allée rencontrer aux Pays-Bas cette Sherlock Holmes de la fraude scientifique.

Au moins neuf anomalies relevées

Au bas de l'étude telle qu'elle apparaît en ligne, la durée de cette relecture par d'autres chercheurs devrait être indiquée, mais elle est absente. La spécialiste soupçonne qu'elle ait pu être retirée délibérément. La capture d'écran qu'Elisabeth Bik avait réalisée au moment de la publication porte en effet cette ligne, désormais manquante : "Reçu le 16 mars. Accepté le 17." "L'article a été soumis et accepté en 24 heures, explique-t-elle. Normalement, ça prend deux mois, trois mois, parfois quatre." Une précipitation que l'urgence sanitaire ne suffit pas à expliquer, selon elle. Elisabeth Bik a aussi remarqué, dans la liste des signataires de l'étude, le nom du rédacteur en chef du journal où elle est publiée. "Un conflit d'intérêts qui jette le doute sur l'article", estime-t-elle.

Contactés, les auteurs de l'étude n'ont pas donné suite aux sollicitations de "Complément d'enquête". L'OMS a finalement conclu à l'inefficacité de l'hydroxychloroquine. Quant à Didier Raoult, il a porté plainte contre Elisabeth Bik pour cyberharcèlement. Interrogé par Nathalie Sapena à l'IHU Méditerranée, il campe sur ses positions, insinuant que la microbiologiste (une "cinglée", selon lui) pourrait être payée pour le discréditer… à moins qu'elle ne soit tout simplement jalouse.  

Extrait de "Didier Raoult, le savant flou", un document à voir dans "Complément d'enquête" le 17 novembre 2022.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.