Blâme contre Didier Raoult : "C'est exceptionnel qu'un médecin reçoive un blâme, c'est un signal fort", réagit le professeur Pierre Tattevin

L'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine a adressé vendredi un "blâme" au professeur Didier Raoult. Le directeur de l'IHU de Marseille a été sanctionné, après le dépôt fin 2020 de deux plaintes.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 Pierre Tattevin, infectiologue au CHU de Rennes, le 10 novembre 2020. (VINCENT MICHEL / LE MENSUEL DE RENNES / MAXPPP)

"C'est exceptionnel qu'un médecin reçoive un blâme, c'est un signal fort", a réagi sur franceinfo Pierre Tattevin, infectiologue au CHU de Rennes et à l'origine d'une des deux plaintes contre Didier Raoult auprès de l'Ordre des médecins, alors que le professeur marseillais vient de recevoir un blâme dans cette procédure.

La plainte portait sur la promotion par le directeur de l'IHU de Marseille du traitement à l'hydroxychloroquine. "C'est tout à fait satisfaisant, selon Pierre Tattevin, c'est la reconnaissance qu'on a bien fait de porter plainte, le conseil de l'Ordre a reconnu que le comportement de Didier Raoult n'est pas du tout ce qu'on attend d'un médecin."

"On n'est pas des vendeurs de médicaments"

L'infectiologue a insisté sur l'importance de cette décision. "Les blâmes sont assez rares, mais on ne cherchait pas des sanctions plus élevées, on voulait surtout arrêter ce comportement délétère pour les patients et les médecins", a-t-il ajouté.

Pour lui, le comportement de Didier Raoult au sujet de l'hydroxychloroquine reste incompréhensible. "Ce n'est pas une querelle de spécialistes, c'est juste rappeler l'esprit même du métier de médecin qui n'a pas à faire la promotion des produits, on n'est pas des vendeurs de médicaments, a-t-il rappelé. Son comportement était à côté de tout ce que la science nous a appris, je ne le comprends toujours pas."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chloroquine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.