Cet article date de plus d'un an.

"Cela leur permet d’aborder la rentrée de façon plus sereine" : certains élèves sont déjà de retour à l'école

Le dispositif "école ouverte" a été amplifié cette année après la crise sanitaire du coronavirus. Il concerne 300 000 élèves selon le ministre de l'Éducation nationale.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une enseignante donne une leçon à des élèves de primaire à Strasbourg, le 22 juin 2020 (photo d'illustration). (FREDERICK FLORIN / AFP)

Jean-Michel Blanquer était en visite vendredi 21 août dans une école de Montataire, dans l’Oise, l'un des premiers foyers de Covid-19 en mars. L’occasion pour le ministre de l’Éducation de préciser ses annonces de la veille sur les conditions sanitaires de cette rentrée.

>> REPLAY. Regardez l'interview de Jean-Michel Blanquer au "20 heures" de France 2 jeudi

Particularité de l’école visitée, elle accueille déjà des élèves pour les remettre un peu au niveau avant la rentrée. Il s’agit du dispositif "école ouverte". Il a été amplifié cette année après la crise sanitaire. Vendredi matin, cours de mathématiques au programme pour les quatre futurs élèves de CE1. "Donc, ça fait combien au total ?" demande l’enseignante, "59", dit timidement une élève. Une bonne réponse que les autres élèves assurent avoir trouvée.

"Réapprendre les règles de base"

Dans cette école de l’Oise, classée éducation prioritaire, une centaine d’enfants sur 250 se sont portés volontaires pour revenir quelques jours avant la rentrée. Ils en avaient clairement besoin selon Cassandre Guito, professeure des écoles : "Ils avaient besoin de revenir à l’école parce que mai et juin sont passés très vite après le confinement. Cela leur permet de réapprendre les règles de la classe, les horaires aussi pour se remettre dans le bain et d’aborder la rentrée de façon plus sereine. Surtout pour ceux qui ne sont pas du tout revenu." 

Il n’y en a pas beaucoup mais certains élèves ne sont pas revenus après le confinement. C’est vrai que c’était très long et que ça leur fait du bien.

Cassandre Guito, professeure des écoles

L’objectif est donc de retrouver physiquement l’école et un rythme quotidien, ainsi que de replonger dans les apprentissages. Dans la cour de récré, les filles de CM1 confirment que la fermeture de l’école a fait du mal. "La grammaire et la conjugaison, ça a un peu tout chamboulé dans ma tête", indique une élève. "La division est maintenant un peu difficile", explique une autre élève. Après on commence à rattraper vu qu’ils nous expliquent les choses". Sa camarade confirme : "Pendant le confinement, il y a des choses qu’on n’arrivait plus à faire. Il n’y avait pas nos maîtres et maîtresses pour nous expliquer. Et là comme on revient à l’école ils nous expliquent les difficultés que l’on a comme les divisions."

On est en train de réussir à toucher 300 000 enfants par ce dispositif.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale

à franceinfo

Au niveau national, le ministre de l’Éducation nationale en est persuadé, le dispositif porte ses fruits. "On consolide des notions qui relevaient de l’année scolaire qui vient de passer et dont on sait qu’elle a été difficile du fait de la crise sanitaire, explique Jean-Michel Blanquer. Ces enfants sont en train de bien se préparer pour la rentrée." À condition que les élèves volontaires soient aussi ceux qui en ont le plus besoin, à Montataire on assure que c’est vraiment le cas.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.