Infographies Covid-19 : dans quels départements les contaminations reculent-elles le plus ?

Au niveau national et dans plusieurs départements, le taux d'incidence a commencé à perdre du terrain depuis le début du mois d'avril. Franceinfo fait le point sur la situation localement, cartes à l'appui.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une tente installée à Paris pour effectuer des tests de dépistage du Covid-19, le 10 avril 2021. (MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

Un début de bonne nouvelle semble se dessiner, lorsqu'on observe les données d'incidence de l'épidémie de Covid-19 en France. "Un ralentissement de la circulation virale est observé, en particulier dans les départements où des mesures de restrictions renforcées avaient été mises en œuvre les 20 et 27 mars 2021", a noté Santé publique France dans son bulletin épidémiologique du 16 avril.

Au niveau national, le taux d'incidence est toujours élevé : 337 pour 100 000 habitants au 17 avril. Localement, pas moins de 16 départements dépassent les 400, Seine-Saint-Denis (incidence de 656 pour 100 000 habitants) et Val-d'Oise (640) en tête. Paris se situe à 512, les Bouches-du-Rhône à 506 et le Rhône à 424. Seuls deux départements ont un taux d'incidence inférieur à 100 : le Finistère et Mayotte.

En revanche, le taux d'incidence a amorcé, au niveau national comme dans de nombreux départements, une baisse, depuis le début de mois d'avril. Alors qu'il avait dépassé les 410, il est, au 17 avril, redescendu à 337 pour 100 000 habitants.

Localement, la baisse se confirme quand on compare l'évolution entre le 4 et le 17 avril. Dans 31 départements, le taux d'incidence a chuté de 20% ou plus, avec des records dans les Alpes-Maritimes (-52%), le Gers (-42%) ou l'Aube (-41%). Dans 30 autres départements, les nouvelles contaminations ont stagné (évolution entre -10% et +10%). Dans quatre départements, en revanche, la situation s'est détériorée : la Creuse (+146%, puisque l'incidence est passée de 75 à 186), la Guyane (+126%), la Guadeloupe (+89%) et les Landes (+22%).

Dans les départements où la situation épidémique semble s'améliorer depuis le début du mois, les chiffres encourageants pourraient ouvrir la voie à un déconfinement territorialisé, comme l'a envisagé Olivier Véran, le 20 avril.

Néanmoins, les données hospitalières ont tendance à suivre la trajectoire des taux d'incidence avec plusieurs jours ou semaines de retard. Comme le notait Santé publique France le 16 avril, pour le moment, "la tension hospitalière se poursuit sur l'ensemble du territoire métropolitain et la mortalité est toujours en hausse". Il faudra donc encore s'armer de patience avant de connaître les territoires où l'épidémie recule pour de bon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.