"C'est un sacerdoce" : le village de La Tour d'Auvergne cherche toujours à remplacer son médecin mort du Covid-19

Un an après le décès du seul généraliste de cette commune du Puy-de-Dôme, il n'y a toujours pas de candidat pour reprendre le cabinet. Le maire met en avant le "confort de travail et le confort de vie".

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un jour par semaine le docteur Tudose se rend chez des patients du village de La Tour d'Auvergne (Puy-de-Dôme). La commune n'a plus de médecin généraliste depuis un an. Le dernier en exercice est mort du Covid-19. (BORIS LOUMAGNE / RADIO FRANCE)

Quand le problème des déserts médicaux rencontre celui de l’épidémie de Covid-19. À La Tour d’Auvergne, dans le Puy-de-Dôme, petite commune de 700 habitants à une heure de route de Clermont Ferrand, le seul médecin généraliste a succombé au virus. C'était il y a un an jour pour jour, et depuis le docteur n’a toujours pas été remplacé, faute de candidats. C’est un médecin d’une autre commune qui, temporairement, vient soigner les habitants.

Un médecin qui ne se plaint jamais

Le docteur Tudose, un Roumain, est arrivé en France il y a seulement deux ans. Lui qui a déjà beaucoup de travail sur sa propre commune a tout de même accepté de soigner les patients de La Tour d’Auvergne, un jour et demi par semaine. Même s'il le reconnaît : "Ce n'est pas suffisant. Ils sont beaucoup à ne pas être contents, mais je ne peux pas faire plus. Je ne me plains pas pour l'instant. "

Non ça, le docteur Tudose, ne se plaint pas. Nous le suivons dans sa tournée. Premier arrêt chez Marguerite, 85 ans. "Il faudrait que le docteur reste chez nous tout le temps. Il est malmené, notre docteur. Je reconnais bien que ça fait beaucoup." Nouvel arrêt, nouvelle patiente et une distribution de chocolats pour le docteur. Marcelle le dit aussi, le docteur Tudose est un peu débordé : "Il est moins disponible du fait qu'il a beaucoup plus de patients. Au mois de janvier, j'avais appelé pas mal de fois. J'avais bien mis quinze jours pour avoir un rendez vous."

"J'aime beaucoup les gens"

Les coups de fil s’enchaînent pendant la consultation. Des vaccinations à organiser, des urgences à traiter mais le docteur Tudose répète son mantra, "ça ne sert à rien de se plaindre". "C'est un sacerdoce, ajoute Marcelle, il faut aimer les gens pour s'en occuper". "J'aime beaucoup les gens", confirme le médecin de campagne.

Direction maintenant le bourg du village à présent où nous rencontrons le maire, Yannick Tournadre. Avec le docteur Tudose la situation est temporaire. Alors, il faut absolument attirer un nouveau médecin. Et pour cela, l'élu veut construire un cabinet médical flambant neuf : "On veut se donner les moyens d'accueillir un nouveau médecin. Le Covid nous a fait beaucoup de mal. Je suis bien placé pour le savoir ici, avec ce qu'on a vécu et la disparition du docteur Valette. Mais il y aura un moment où le Covid pourra nous faire du bien dans la campagne. S'installer ici, c'est un confort de vie. C'est un confort de travail aussi."

"Je crois que le Covid mettra un terme à l'exode rural qu'on a connu ces cinquante dernières années."

Yannick Tournadre, maire de La Tour d'Auvergne

à franceinfo

Alors avis aux généralistes : il y a une bonne place à prendre à La Tour d’Auvergne. Dans le Puy-de-Dôme, le nombre de médecins généralistes a diminué de 20% en 10 ans.

La Tour d'Auvergne sans médecin depuis un an : reportage de Boris Loumagne
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.