Adaptation du bac 2021 au Covid-19 : "une garantie nécessaire", selon le syndicat des chefs d'établissements

Les modalités des examens en 2021 pourront évoluer en fonction de l'épidémie, après la publication d'une ordonnance jeudi au JO. "Il faut anticiper le plus possible", réagit Philippe Vincent du Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un étudiant révise son BAC à Montbéliard en Franche-Comté. (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Le gouvernement va pouvoir adapter les modalités du baccalauréat 2021 et d'autres examens en fonction de l'évolution de l'épidémie de Covid-19 jusqu'à deux semaines avant le début des épreuves, grâce à une ordonnance publiée le 24 décembre au Journal officiel. "Cela me paraît être une garantie nécessaire à ce stade", a réagi dimanche 27 décembre sur franceinfo Philippe Vincent, secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN). Mais pour lui, "le délai de 15 jours est extrêmement réduit".

franceinfo : Que pensez-vous de cette possibilité ?

Philippe Vincent : Gouverner c'est prévoir, donc ça me paraît une bonne politique d'anticiper sur les conséquences d'une crise sanitaire dont personne ne sait ce qu'elle permettra ou pas d'organiser comme examen ou concours. Qu'on prenne une ordonnance permettant des ajustements cela me paraît être une garantie nécessaire à ce stade.

Pensez-vous que les modalités seront fixées avant le mois de juin ?

C'est ce qu'on prône depuis longtemps, qu'on anticipe le plus possible et je pense que le délai de 15 jours est extrêmement réduit. Plus vite on saura, plus clairement on saura ce qui doit être mis en place ou pas et mieux ce sera à la fois pour les familles, les élèves et l'ensemble des organisateurs.

Pour vous, ce décret, est-ce une mesure de précaution ?

Oui, c'est plutôt comme ça qu'il faut l'entendre. On a déverrouillé un cadenas parce qu'on ne sait pas si la porte pourra ou pas être entrebâillée dès le 15 mars. Les épreuves des enseignements de spécialités sont prévues les 15, 16 et 17 mars. Donc, oui, c'est une forme de mesure de précaution qui devrait permettre de ne pas être pris au dépourvu comme au printemps dernier.

La FCPE souhaite que l'on annule les épreuves écrites et passer au contrôle continu. Qu'en pensez-vous ?

Cela doit rester une possibilité de dernier accord. On a fixé les règles du jeu pour les élèves, ils savent qu'on a un certain nombre d'épreuves qui seront passées en contrôle terminal tout au long de l'année, ils savent également qu'une partie du contrôle continu sera pris en compte. C'est la règle qu'ils connaissent autant ne pas rajouter de stress et d'incertitude en la préservant telle qu'elle a été fixée.

Le baccalauréat de 2021 inquiète-t-il les élèves ?

Ils commencent à en discuter. Pour éviter trop d'inquiétude, il faut qu'on leur donne les conditions dans lesquelles les épreuves seront organisées avec le plus de stabilité et d'anticipation possible.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.