À Lyon, l’Église dans une situation financière délicate après les confinements

Après deux confinements, les caisses des diocèses sont vides. À Lyon, comme à Saint-Dié dans les Vosges, l’Église compte sur la générosité des fidèles. 

"Je serais ravi de vous dire que l’Église ne vit que d’amour ou d’eau fraîche mais ça serait un mensonge". Ces quelques mots du Père Martin Charcosset de la paroisse d'Ecully, près de Lyon, en disent long sur la situation financière de l’Eglise catholique dans notre pays. 90 millions d’euros de perte au niveau national, selon la Conférence des Évêques de France. Comme les entreprises, les diocèses sont frappés de plein fouet par la crise sanitaire. Deux confinements, moins de mariages, une jauge réduite pendant les messes et les enterrements… les quêtes, qui font vivre les paroisses, sont en chute libre.

Dans les Vosges, les dons sont en baisse de 15 à 20%. "Cela représente 750 000 euros de ressources en moins cette année", explique Michel Petitdemange, économe diocésain à Saint-Dié et Nancy. Chômage partiel pour certains salariés, emprunts à taux zéro garantis par l’Etat, ventes de biens immobiliers… l’Eglise s’adapte pour survivre. Elle espère aussi que les paroissiens seront généreux. Plusieurs diocèses ont mis en place des collectes en ligne, dont celui de Lyon qui accuse un déficit d'un million d'euros. 

Le diocès de Lyon accuse un million d\'euros de déficit. il fait un appel aux dons pour Noël, via son site internet. 
Le diocès de Lyon accuse un million d'euros de déficit. il fait un appel aux dons pour Noël, via son site internet.  (A.Jacques / France Télévisions)