Bientôt des tatouages qui changent de couleur pour surveiller votre état de santé ? On vous explique comment ça marche

Une équipe de chercheurs a conçu un tatouage qui donne, par exemple, des indications sur votre taux de glucose. 

Un artiste-tatoueur en train de tatouer le bras d\'un homme, le 14 juin 2012.. 
Un artiste-tatoueur en train de tatouer le bras d'un homme, le 14 juin 2012..  (HALFDARK / FSTOP)

En apparence, ce sont de banals tatouages. Mais ceux-là pourraient vous sauver la vie. Une équipe de huit chercheurs allemands a mis au point une méthode encore au stade expérimental : des tatouages qui se colorent en fonction du taux de différents indicateurs de santé dans votre sang. Leurs travaux sont relayées dans une étude (article en anglais) publiée dans la revue Angewandte International Edition Chemie, à paraître lundi 29 juillet

"C'est un concept tout à fait nouveau", assure Ali Yetisen, l'un des chercheurs de l'équipe, à franceinfo. L'idée ? Permettre de mieux accompagner les individus malades qui ont besoin de vérifier très régulièrement le niveau de certaines substances dans leur corps. C'est le cas des personnes diabétiques, par exemple, qui doivent contrôler parfois quotidiennement leur taux de glucose (sucre) dans le sang. Ce tatouage peut aussi permettre d'évaluer le pH sanguin, qui donne des indications sur le niveau d'acidité de l'organisme. 

Le schéma du tatouage, élaboré par une équipe de chercheurs allemands, pour évaluer des caractéristiques physiques. 
Le schéma du tatouage, élaboré par une équipe de chercheurs allemands, pour évaluer des caractéristiques physiques.  (ALI YETISEN)

Le tatouage repose sur des biocapteurs colorimétriques qui détectent l'activité biologique et provoquent un changement de couleur corrélé à un taux de métabolite dans le sang, autrement dit un composant organique comme le glucose. L'encre utilisée pour faire le tatouage est injectée jusque dans le derme de la peau, autour des veines, dans lesquelles coule le sang. Le contact entre les deux modifie la couleur du tatouage.

Pour l'instant, l'expérience a été menée sur de la peau de porc et il faudra attendre que d'autres tests sur des animaux aient été réalisés avant de passer aux humains.

Il sera possible de l'appliquer à l'homme dans cinq ans.Ali Yetisen, scientifiqueà franceinfo

"Nous sommes aussi en contact avec des institutions aux Etats-Unis et en Allemagne pour développer le projet", ajoute Ali YetisenSelon les chercheurs, il serait possible de se faire tatouer chez des professionnels du tatouage ou directement à l'hôpital. Mais "pour l'instant, rien n'est encore mis en place, ce sont des pistes", rappelle Ali Yetisen.

Une application sur smartphone 

Les auteurs de l'étude prévoient également le développement d'une application pour analyser plus précisément, via notre smartphone, la colorimétrie du tatouage. Autrement dit, la caméra du téléphone permettra d'identifier le taux exact de glycémie ou de pH dans le sang et donnera ainsi à l'individu des renseignements précis sur son état de santé. 

Une illustration de l\'utilisation du smartphone pour avoir plus de détails lors de la coloration d\'un nouveau concept de tatouage, imaginé par des chercheurs allemands. 
Une illustration de l'utilisation du smartphone pour avoir plus de détails lors de la coloration d'un nouveau concept de tatouage, imaginé par des chercheurs allemands.  (ALI YETISEN)

Mais, de l'aveu même d'Ali Yetisen, cet outil pose des problèmes éthiques. "Que deviendront les données stockées sur l'application ? Est-ce que les compagnies d'assurance pourront mettre la main dessus ?", s'interroge le scientifique. Il existe en Europe des lois comme le récent RGPD. Le règlement général sur la protection des données a été mis en place en mai 2018 et réaffirme, entre autres, l'obligation de sécurisation des données face aux attaques malveillantes ou encore l'interdiction de la conservation des informations personnelles pour une durée illimitée. 

Mais il faudra "accentuer la garantie, pour les patients, que leurs données ne soient pas vendues. L'idée de notre concept est vraiment d'accompagner les patients et de simplifier leur vie", conclut Ali Yetisen.