Bébés nés sans bras dans l'Ain : la scientifique lanceuse d'alerte bientôt licenciée

Emmanuel Amar, l'épidémiologiste qui a rendu publique l'affaire des bébés nés sans bras ou sans main dans l'Ain, en Bretagne et en Loire-Atlantique, affirme être en passe de perdre son emploi.

Emmanuelle Amar, épidémiologiste et directrice du Registre des malformations de Rhône-Alpes.
Emmanuelle Amar, épidémiologiste et directrice du Registre des malformations de Rhône-Alpes. (PHILIPPE MIRKOVIC / MAXPPP)

La lanceuse d'alerte à l'origine de l'affaire du mystère des bébés nés sans bras ou sans main dans l'Ain, en Bretagne et en Loire-Atlantique, Emmanuelle Amar, directrice du Registre des malformations en Rhône-Alpes (Remera), a indiqué vendredi 19 octobre à franceinfo être en passe d'être licenciée.

L'épidémiologiste et cinq autres salariés du Remera ont appris mardi, lors d'un entretien préalable, leur licenciement pour raisons économiques, faute de prolongement de subventions de l'État. C'est le CHU de Lyon qui avance, depuis deux ans, les fonds nécessaires au fonctionnement du Registre, et ne peut continuer sans l'aide des autorités publiques. Le Remera fermera donc ses portes le 31 décembre prochain.

"On veut se débarrasser d'une petite structure qui a des velléités de transparence"

Pour Emmanuelle Amar, la raison de ce licenciement est tout autre. La scientifique pense être sanctionnée pour avoir alerté depuis 2014 sur ces cas suspects de malformations à la naissance, notamment dans l'Ain où le Remera a travaillé. "On veut se débarrasser d'une petite structure qui a des velléités de transparence sur les rapports d'activité, financiers, et sur les alertes", a-t-elle précisé à franceinfo.

Une conférence de presse a été organisée en présence de parlementaires et de scientifiques jeudi pour soutenir la lanceuse d'alerte, dont la méthodologie reste contestée par Santé Publique France et l'Inserm. Emmanuelle Amar va être auditionnée mardi 23 octobre devant la Commission Santé Environnement de l'Assemblée nationale pour y voir plus clair sur ce mystère des bébés sans bras. Personne ne sait encore s'il s'agit d'un scandale sanitaire ou du fait du hasard.