Levothyrox : "Ce qui est reproché, c'est que Merck a été défaillant dans sa communication vis-à-vis des malades"

L'avocat des plaignants dans l'affaire du Levothyrox et celui du laboratoire Merck, fabricant du produit, se rencontrent mardi 19 décembre au tribunal d'instance de Lyon. Ils doivent convenir d'un calendrier avec le président du tribunal. 

Une boite de Levothyrox. 
Une boite de Levothyrox.  (REMY GABALDA / AFP)

Nouvelle étape dans l'affaire du Levothyrox : l'avocat des plaignants et celui de Merck se rencontrent, mardi 19 décembre, au tribunal d'instance de Lyon. Ils doivent convenir d'un calendrier avec le président du tribunal. La formule du Levothyrox, médicament, utilisé pour traiter les troubles de la thyroïde, a été modifiée au mois de mars. Depuis, de nombreux patients se plaignent d'effets secondaires.

L'action collective lancée par le cabinet d'avocats toulousain et parisien Mysmartcab compte déjà près de 8 000 inscrits. Au total, 500 assignations ont été déposées au tribunal d'instance de Lyon, siège français du laboratoire allemand Merck, et 2 000 autres vont l'être.

"Il a fallu attendre la rentrée 2017 pour qu'enfin, on commence à avoir des informations"

L'avocat des plaignants réclame pour cette procédure civile une indemnité forfaitaire de 10 000 euros pour la réparation des préjudices moraux, soit 5 000 euros pour le défaut d'information et 5 000 euros pour le préjudice d'angoisse. La nouvelle formule du Levothyrox mise sur le marché fin mars est acusée de provoquer des maux de tête, des crampes, une fatigue intense, des vertiges voire la perte de cheveux.

Selon l'avocat des plaignants, Christophe Leguevaques, "ce qui est reproché, c'est que Merck, entre mars et octobre 2017, a été défaillant dans sa communication vis-à-vis des malades et ne leur a pas donné une information suffisante leur permettant de se soigner." 

Nous voulons que la fabrication de l'ancienne formule avec du lactose soit maintenue.Christophe Leguevaques, avocat des plaignantsà franceinfo

Selon cet avocat, cette option est possible en France puisqu'il existe une usine à Bourgoin-Jallieu (Isère) qui continue à fabriquer du Levothyrox avec du lactose pour le marché italien. "Il a fallu attendre la rentrée 2017 pour qu'enfin, on commence à avoir des informations qui tiennent à peu près la route. Et encore, même là, les pouvoirs publics et Merck ont continé à raconter des bobards."

Le procès civil ne devrait pas avoir lieu avant le mois de septembre 2018. Une enquête pénale est également instruite par le pôle santé du tribunal de grande instance de Marseille, où d'autres plaintes ont été déposées.

Décryptage des suites de l'affaire du Levothyrox par Stéphane Iglésis
--'--
--'--