Cet article date de plus de cinq ans.

Les Français boudent la charcuterie depuis la mise en garde de l'OMS

Le rapport de l'Organisation mondiale de la santé, qui affirme que la charcuterie est cancérogène, a entraîné une baisse des ventes dans les grandes surfaces.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La vitrine d'une charcuterie à Toulouse (Haute-Garonne), le 27 décembre 2014. (REMY GABALDA / AFP)

Les Français tournent le dos au foie gras. Les ventes de charcuterie dans les grandes surfaces ont baissé dans les semaines qui ont suivi la mise en garde de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), rapportent les cabinets d'étude IRI et Nielsen, jeudi 26 novembre. L'OMS a affirmé dans un rapport (PDF en anglais), fin octobre, que tous les produits transformés à base de viande étaient"cancérogènes pour l'homme".

"L'ensemble des produits de boucherie et de charcuterie affichent une baisse des ventes de près de 5% au cours de la dernière semaine d'octobre" par rapport à la même période en 2014, et "l'impact semble du même ordre de grandeur sur les deux semaines suivantes", indique le cabinet IRI.

Les ventes de foie gras dégringolent

Dans le détail, les ventes de charcuterie en grandes surfaces, qui représentent 90% des ventes nationales, ont baissé de 5,3% sur un an durant les trois semaines qui ont suivi la publication du rapport. Elles étaient pourtant en hausse de 1,7% les trois semaines précédant la mise en garde de l'OMS.

Le foie gras et les rillettes ont été les plus affectés par cette alerte de l'OMS : les ventes de ces produits ont respectivement reculé de 27,3%, et de 11,7% la semaine du 1er novembre. Seule la charcuterie de volaille a tiré son épingle du jeu, les ventes connaissant même une légère hausse, selon le cabinet Nielsen.

La Fédération française des industriels charcutiers traiteurs (FICT), interrogée par l'AFP, a estimé qu'il était "prématuré" de tirer un bilan à partir de ces chiffres. "Les professionnels n'ont pas constaté une baisse du carnet de commandes", assure-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.