Les prix des lunettes en France "sont pratiquement le double de ce qu'on observe en Allemagne"

Peut-on vraiment arriver aux 100% de prise en charge des frais d'optique, comme l'a promis Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle ? Invité sur franceinfo, Mathias Matallah, président de Jalma Health Services, qui lance avec Seneque un comparateur en ligne des prix de l'optique en France, émet de sérieuse réserves. 

Présentoir à paires de lunettes chez un opticien.
Présentoir à paires de lunettes chez un opticien. (MAXPPP)

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait promis que les soins d'optique seraient remboursés à 100%. Dans un entretien publié mardi 28 novembre sur le site du magazine spécialisé Viva, la ministre de la Santé Agnès Buzyn répète que cela ne concernera pas toutes les lunettes, audioprothèses et prothèses dentaires, mais seulement certaines offres. Au-delà de ces annonces, peut-on vraiment arriver aux 100% de prise en charge des frais d'optique d'ici à 2022 ? "Non, très honnêtement, je ne le pense pas", estime sur franceinfo Mathias Matallah, président de Jalma Health Services, qui lance avec Seneque un comparateur en ligne des prix de l'optique en France

franceinfo : Pourquoi la promesse d'Emmanuel Macron est intenable selon vous ? 

Mathias Matallah : Quand on regarde les restes à charge de l'optique, on a une quinzaine de millions de personnes, essentiellement des salariés de moyennes et grandes entreprises qui sont très bien couverts, pratiquement à 100%. Mais de l'autre côté, on a près de la moitié de la population, une trentaine de millions de personnes, qui ont des restes à charge qui sont très élevés, de l'ordre de 300 euros par personne à peu près. Ça fait beaucoup et le pas à franchir me paraît très important. 

Qui paie ses lunettes le plus cher aujourd'hui ?

Ce sont les retraités. Ce sont ceux qui sont à la fois le moins bien couverts dans l'assurance et en même temps ce sont ceux qui ont le plus gros besoin, puisqu'ils portent essentiellement des verres progressifs qui sont les verres les plus chers. Lorsque l'on regarde le prix d'une paire de lunettes progressives pour les retraités, sur un prix de 650 euros, vous avez 90 euros de monture. Le reste, ce sont les verres. Les prix en France sont plus élevés que dans d'autres pays européens. Ils sont pratiquement le double de ce qu'on observe en Allemagne. 

Pourquoi les lunettes en France sont-elles si chères ?

L'assurance crée un effet de bulle. Pour 15 millions de personnes (assurées) ça ne coûte rien. Donc quand ça ne vous coûte rien, quelque part vous achetez plus cher. Donc on facture plus cher des équipements plus sophistiqués, à des prix plus élevés. Aujourd'hui, la prise en charge moyenne par les assureurs  est de 71%. Mais encore une fois, c'est la moyenne pour des gens qui sont couverts à 100% et pour ceux qui  sont couverts à moins de 50%.

Vous dites que les lunettes sont le produit le plus taxé en France. Combien cela représente-t-il pour l'Etat ?

Les lunettes sont taxées au taux normal de TVA de 20%. Et à ce taux s'ajoute la taxe sur les contrats d'assurance (13,27%). Donc il y a une double taxation qui revient à une taxation moyenne de l'ordre de 30%, ce qui est effectivement le taux peut-être le plus élevé qui existe en France. Cela représente à peu près 2 milliards de rentrées fiscales pour l'Etat, deux tiers de TVA, un tiers de taxe sur les contrats d'assurance. Cela fait beaucoup d'argent surtout dans le contexte budgétaire tendu actuel.

Comment peut-on faire baisser le prix des lunettes ?

Il faut faire jouer la concurrence. Aujourd'hui, c'est un marché qui est très opaque. Quand vous rentrez dans un magasin d'optique vous ne savez pas ce que vous achetez, vous ne savez pas combien ça vaut. On essaie de lever cette opacité et d'aider les gens à comprendre ce qu'ils achètent et le juste prix qu'ils peuvent payer.