Cet article date de plus de dix ans.

Un patch en préparation contre les allergies alimentaires

Des essais cliniques montrent que ce dispositif est bien toléré par les patients. Il pourrait être disponible d'ici à 2016 aux Etats-Unis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les essais du patch de DBV Technologies contre les allergies alimentaires se sont concentrés sur l'allergie aux arachides. (ANDY CRAWFORD / GETTY IMAGES)

Jusqu'à présent, à part éviter de consommer des aliments allergènes, il n'existait aucune alternative pour ceux qui ne tolèrent pas certaines nourritures. La désensibilisation par injection, comprimés ou gouttes pour faire passer l'allergène dans le sang et ainsi créer une tolérance progressive est aujourd'hui jugée trop dangereuse. D'où l'idée d'un patch, développé depuis 2010 par le laboratoire DBV Technologies installé à Bagneux (Hauts-de-Seine), révèle mardi 21 février Le Parisien.

Pour l'instant, les études se sont concentrées sur l'arachide. Baptisé Viaskin Peanut, le patch se colle sur la peau et permet de diffuser l'allergène dans le corps sans que ce dernier passe par le sang. L'objectif consiste à minimiser le risque de choc anaphylactique, la plus grave conséquence d'une intolérance. Le patch est changé tous les jours pour un traitement d'une durée encore inconnue, mais qui pourrait être de deux ou trois ans. Il n'a pour le moment été testé qu'aux Etats-Unis, mais semble bien toléré par les patients. 

Les résultats définitifs de l'essai clinique sont attendus début 2013. L'entreprise souhaite obtenir une autorisation de mise sur le marché américain en 2016. D'autres aliments doivent également être pris en compte comme le lait. Il pourrait s'appliquer aussi contre les acariens. Leurs développements devraient être lancés en 2013. Il faut dire que le marché s'annonce juteux : 5 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros), estime DBV Technologies.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.