Cet article date de plus de cinq ans.

Le Sénat supprime le paquet de cigarettes neutre, contre l'avis du gouvernement

Depuis plusieurs mois, les buralistes se mobilisent contre ce dispositif que le gouvernement a réintroduit dans le projet de loi Santé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un exemple de visuels de paquets neutres, qui pourraient être adoptés dans le cadre de la loi Santé. (MAXPPP)

Il était devenu la bête noire des buralistes. Le Sénat a rejeté, mercredi 16 septembre, la création du paquet de cigarettes neutre, contre l'avis du gouvernement, dans le cadre de l'examen du projet de loi Santé de Marisol Touraine. En avril, l'Assemblée, où la gauche est majoritaire, avait validé la création du paquet neutre. Plusieurs milliers de buralistes s'étaient mobilisés, mardi 8 septembre, contre la mesure dans toute la France.

Une grande partie des socialistes se sont abstenus

Le texte prévoit le remplacement, à partir de mai 2016, des paquets de cigarettes actuels par des paquets neutres, ayant tous la même forme, la même taille, la même couleur et la même typographie, sans aucun logo. Le nom de la marque continuera toutefois d'apparaître en petit sur les paquets, de même que des avertissements sanitaires.

La mesure avait été supprimée une première fois de la loi de Santé par la commission des Affaires sociales du Sénat. C'est un amendement visant à la rétablir, présenté par la ministre, qui a été rejeté mercredi. Seize sénateurs seulement, dont l'ensemble des écologistes, ont voté en faveur du paquet neutre. Une grande partie des socialistes se sont abstenus. La mesure sera à nouveau présentée devant l'Assemblée nationale lors de la prochaine lecture du texte, a aussitôt répliqué la ministre de la Santé.

Le Sénat propose des avertissements plus gros

"Je n'ai pas entendu dans cet Hémicycle d'alternative pour faire baisser de manière significative le nombre de victimes du tabac", a déploré Marisol Touraine. La commission des Affaires sociales du Sénat a proposé, à la place, de suivre la directive européenne qui prévoit d'accroître la taille des avertissements sanitaires sur les paquets.

Lors des débats, les sénateurs de droite, opposés au texte, ont dénoncé le fait que la France aille plus loin que la législation européenne. Ils ont aussi défendu les buralistes, créateurs de lien social dans de nombreux territoires. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.