L'institut Pasteur se bat en Guyane contre le paludisme

Ce samedi 25 avril se tient la journée mondiale de lutte contre le paludisme. Une maladie qui tue 500 000 personnes par an. En Guyane, les chercheurs de l'Institut Pasteur se mobilisent. Reportage de France 3.

FRANCE 3

Ce samedi 25 avril : journée mondiale de lutte contre le Paludisme. France 3 est allée en Guyane pour rencontrer des chercheurs de l'Institut Pasteur qui luttent contre la maladie. À Saint-Georges de l'Oyapock, aux confins du Brésil et de la forêt amazonienne, une Guyanaise vend un sirop censé guérir du paludisme. Loin de là, près de Cayenne, une équipe de scientifiques de l'Institut Pasteur tentent d'éradiquer les moustiques qui transmettent le paludisme. Pour cela ils capturent des anophèles, qui sont des larves de moustiques.  L'Institut Pasteur de Guyane est leader mondial dans la lutte contre le paludisme.

600 000 morts par an

Dans ces laboratoires, les larves grandissent dans un élevage avant d'être identifiées grâce à un microscope. Ils sont ensuite soumis à des tests d'insecticides pour vérifier leur résistance. Un autre laboratoire est consacré aux remèdes pour soigner l'homme. Car 207 millions de personnes sont infectées dans le monde.

"C'est un parasite qui se modifie beaucoup, qui bouge énormément donc c'est difficile de mettre au point un vaccin", explique Lise Musset, chercheur en parasitologie. Les chercheurs sont cependant optimistes et espèrent un remède. Chaque année, 600 000 personnes meurent de la maladie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le paludisme est dû à un parasite, le Plasmodium, qui, transmis par les moustiques, provoque fièvre, maux de tête et vomissements et peut entraîner rapidement le décès par troubles circulatoires sans traitement.
Le paludisme est dû à un parasite, le Plasmodium, qui, transmis par les moustiques, provoque fièvre, maux de tête et vomissements et peut entraîner rapidement le décès par troubles circulatoires sans traitement. (USDA / AFP)