Journée mondiale des premiers secours : "C'est comme si j'avais fait ça toute ma vie", raconte un adolescent qui a sauvé un homme

À l'occasion de la journée mondiale des premiers secours, rencontre avec Adrien. Il y a trois ans, cet adolescent a sauvé la vie d'un homme en intervenant rapidement. Aujourd'hui, il encourage tout le monde à se former.

Apprentissage des premiers secours à Montpellier avec la Croix Rouge, le 20 mai 2011.
Apprentissage des premiers secours à Montpellier avec la Croix Rouge, le 20 mai 2011. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

"On l'a mis en position latérale de sécurité on lui a posé des questions, se souvient Adrien. il ne répondait pas. Et puis à un moment il a vraiment cessé de respirer, plus rien. On a pris son pouls : rien. Donc on a commencé à faire un massage cardiaque." Ce jour d'août 2015, sur le port de la Trinité-sur-Mer en Bretagne, Adrien, 13 ans, aperçoit un homme à la respiration difficile allongé par terre. Il intervient alors sans hésiter. Après le massage cardiaque, la victime s'est "soudainement" remise à respirer, rapporte le jeune homme.

Adrien avait été formé quelques années auparavant aux gestes de premiers secours. Une formation qu'il est notamment possible de suivre à l'occasion des journées mondiales des premiers secours, qui se déroule samedi 14 septembre.

Intervenir le plus rapidement possible

Moins d'un Français sur deux (46%) déclare être formé aux gestes qui sauvent, selon une étude de l'IFOP publiée en 2016. Pourtant en cas d'urgence, intervenir le plus rapidement possible est vital. C'est ce qu'a fait Adrien, malgré les nombreuses questions qu'il s'est posé à ce moment-là. "Ça faisait très longtemps que j'avais été formé, je ne me souvenais pas du tout, rapporte-t-il. Mais je n'ai pas réfléchi et tout est revenu. Comme si on avait fait ça toute sa vie, alors que pas du tout."

Aujourd'hui, Adrien a 16 ans. Il ne regrette pas d'avoir été formé très jeune, et encourage les actions dans les écoles. "En CM2, c'est le bon âge pour apprendre, estime le jeune homme. Ça sensibilise, il ne faut pas avoir peur de le faire, d'apprendre. Et puis il ne faut pas avoir peur d'y aller quand l'occasion de sauver une vie se présente."

Une application pour recenser les personnes formées aux premiers secours

L'adolescent a pris conscience de l'importance de ces premiers gestes. Il s'est d'ailleurs inscrit sur Sauv'life, un application mobile où il apparaît comme un citoyen-sauveteur. Le SAMU prévient les secouristes référencés en cas d'accidents cardiaques dans leur secteur.

Le reportage de Bastien Thomas
--'--
--'--