Vidéo Dès la rentrée prochaine, les protections périodiques seront gratuites pour les étudiantes en France

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Les protections périodiques seront gratuites pour les étudiantes en France dès la rentrée prochaine. L'Écosse avait ouvert la voie en 2020 en les rendant gratuites pour toutes les femmes…
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Les protections périodiques seront gratuites pour les étudiantes en France dès la rentrée prochaine. L'Écosse avait ouvert la voie en 2020 en les rendant gratuites pour toutes les femmes…

Emmanuel Macron l'avait évoqué chez Brut en décembre 2020 et c'est désormais officiel : les protections périodiques seront gratuites pour les étudiantes en France, dès la rentrée prochaine. La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal l'a annoncé ce mardi 23 février. 1500 distributeurs de protections périodiques devraient être installés "dans des lieux de passage, dans des résidences universitaires". Plusieurs associations comme Règles élémentaires présidée par Tara Heuzé ou encore le collectif Georgette Sand se réjouissent de cette annonce. "On aimerait que le dispositif soit mis en place pour toutes les femmes", précise toutefois Fayrouz Lamotte du collectif Georgette Sand.

Une réponse à la grande précarité étudiante ?

Le gouvernement avait déjà annoncé allouer 5 millions d'euros pour lutter contre la précarité menstruelle en 2021. Les mesures interviennent dans une période de grande précarité chez les étudiants. En effet, selon un rapport de la FAGE, 13 % des étudiantes ont déjà dû choisir entre acheter des protections hygiéniques et acheter un autre produit de première nécessité. Aussi, 1 sur 10 déclarait avoir dû déjà fabriquer ses propres protections faute de moyens. En novembre 2020, l'Écosse avait ouvert la voie en votant à l'unanimité pour un accès gratuit aux protections périodiques pour toutes les femmes.

En France, 1,7 million de femmes sont victimes de précarité menstruelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.