Santé : les hôpitaux craquent

Les personnels soignants sont en colère face à des problèmes de plus en plus importants et des consignes budgétaires de plus en plus strictes.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est un service public au bord de l'épuisement. Urgences engorgées, personnels fatigués : les hôpitaux souffrent, les conflits sociaux explosent. Ces derniers jours, la révolte s'est étendue sur les réseaux sociaux à travers le hashtag "#BalanceTonHosto". À Auch, dans le Gers, les médecins urgentistes font grève pour la première fois : pas assez nombreux, ils devront refuser des patients, les temps d'attente dépassent parfois la dizaine d'heures. Certains médecins travaillent parfois jusqu'à 90 heures par semaine. Les médecins d'Auch ont également dû renoncer à assurer le SAMU de Condom, à 45 kilomètres de là. L'ambulance ne sort plus la nuit ni même certaines journées quand aucun médecin local ne peut prendre le relais.

La liste des problèmes est longue

La liste des maux de l'hôpital est longue : manque de médecin, mise en place délicate des 35 heures, rigueur budgétaire imposée... À Dôle, dans le Jura, 10 postes ont été supprimés, plusieurs services ont fusionné. Pour le personnel médical, cela signifie une nouvelle charge de travail. Logique comptable contre qualité des soins, l'arbitrage est difficile pour les directeurs d'établissements. La ministre de la Santé promet désormais une réforme "urgente".

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'unité de soins palliatifs de l\'hôpital Bonsecours de Metz (Moselle), le 2 avril de 2009. 
L'unité de soins palliatifs de l'hôpital Bonsecours de Metz (Moselle), le 2 avril de 2009.  (MAXPPP)