Cet article date de plus de trois ans.

INFO FRANCE BLEU. Val-de-Marne : l’hôpital militaire Bégin plongé dans le noir à cause d'un mauvais branchement

L'hôpital d'instruction des armées Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne) s'est retrouvé plongé dans le noir pendant plus de 2 heures à la suite d'une erreur de branchement d'un prestataire, révèle France Bleu Paris, jeudi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée de l'hôpital d'instruction des armées Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), le 16 octobre 2014. (MAXPPP)

Une coupure d’électricité de grande ampleur a paralysé l'hôpital d'instruction des armées (HIA) Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne) pendant plus de deux heures, lundi 1er janvier, et a obligé plusieurs patients à être évacués, révèle France Bleu Paris, jeudi. Les groupes électrogènes n'ont pas fonctionné.

L'institution militaire s’est retrouvée dans un "black-out total de 2h25", a reconnu, auprès de France Bleu Paris, Jean-Claude Rigal-Sastourné. Ce médecin-chef del'hôpital Bégin a expliqué que "c'est très rare, car nos réseaux électriques sont extrêmement protégés", mais "là, il y a eu un enchaînement de dysfonctionnements".

Une erreur de branchement d'un prestataire

Le système de secours n’a pas pu se déclencher car quelques heures plus tôt, un employé d'une société de maintenance avait branché un container frigorifique sur une mauvaise prise. Elle était "mal étiquetée", selon la direction de l'hôpital. Les batteries des automates qui sécurisent le réseau électrique se sont déchargées très vite. C’est ce qui permet pourtant de basculer vers les groupes électrogènes en cas de besoin.

Sur les 168 patients hospitalisés ce soir-là au sein de l'établissement, une douzaine était en réanimation selon l'Agence régionale de santé d'Île-de-France (ARS). Il s’agit d’un service très sensible puisque les patients sont alimentés par des respirateurs artificiels. Quatre patients intubés et ventilés ont dû être évacués en urgence par le Samu du Val-de-Marne et les pompiers de Paris vers d’autres hôpitaux publics de la région parisienne.

Discorde sur la sécurité des patients

Une proche de l'un des malades a estimé que cet épisode avait "mis en jeu la sécurité des patients" et a déploré qu'"aucune information" n’ait été transmise alors "qu'on était très inquiets". La direction de l’établissement estime de son côté que les équipes ont su gérer correctement la situation. "A aucun moment la santé des patients n'a été menacée, la continuité et la sécurité des soins a été maintenue", s’est défendu Jean-Claude Rigal-Sastourné.

L'hôpital devra mettre en place un plan d'action pour éviter toute nouvelle coupure inopinée. Une réunion "de retour d’expérience" avec le personnel de l’hôpital, les deux prestataires impliqués – Clemessy et Spie –, le Samu, et les pompiers aura lieu mercredi 10 janvier. L’ARS attend également le rapport de l’hôpital sur cet incident survenu lundi vers 18 heures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hôpital

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.