Covid-19 : "On a l'impression qu'il y a quelque chose de grave qui va se passer" , alerte le président du Collectif Santé en Danger

Selon le docteur Arnaud Chiche, les malades du coronavirus représentent en moyenne 80% des lits occupés à l'hôpital, au détriment des services de neurologie et de cardiologie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un patient atteint du Covid-19 est pris en charge à l'hôpital André-Grégoire de Montreuil (Seine-SAint-Denis), mardi 14 décembre 2021. (JULIEN DE ROSA / AFP)

"Il y a une petite ambiance de février 2020, on n'est pas tranquille. On a l'impression qu'il y a quelque chose de grave qui va se passer", a témoigné samedi 18 décembre sur franceinfo le Dr Arnaud Chiche, anesthésiste-réanimateur, fondateur et président du Collectif Santé en Danger. Les derniers chiffres de Santé publique France montrent que le nombre de patients atteints du Covid-19 admis en réanimation est reparti à la hausse fin novembre.

franceinfo : Quelle est la situation dans les hôpitaux ?

Arnaud Chiche : Il y a en moyenne 80% des lits occupés par des patients Covid, beaucoup de services d'urgence sont fermés par manque de personnel, il y a des lignes de SMUR fermées par manque de personnels, il manque de lits partout et les médecins ont des difficultés pour hospitaliser les malades. Les services de réanimation sont très impactés par l'afflux de patients Covid et les forces en présence sont impactées par 18 mois de difficultés liées à cette épidémie. L'exécutif ne répond pas aux attentes des soignants. Il y a une petite ambiance de février 2020, on n'est pas tranquille. On a l'impression qu'il y a quelque chose de grave qui va se passer.

Que craignez-vous ?

On a tous un peu peur d'être dépassés par quelque chose de très important au niveau de l'afflux des malades. Les soignants feront le maximum comme toujours, c'est notre métier, et en cela les Français doivent être rassurés. Mais l'exécutif est en tort et il devrait en urgence annoncer aux soignants qu'il a compris que la situation de l'hôpital était gravissime et que le système de santé français était fragile et qu'il faut lancer un grand plan Marshall. Je ne comprends pas pourquoi Emmanuel Macron ne l'annonce pas. Même s'il le fait maintenant et que cela prend cinq ans, au moins les soignants qui seront sur le front sauront que leur président a compris l'état de la santé en France.

Les malades atteints d'autres pathologies que le Covid-19 sont-ils en danger ?

Il y a toutes les autres pathologies, des opérations sont déprogrammées pour que les personnels aillent aider dans d'autres services avec des patients Covid. La situation est tellement dramatique que dans les services de cardiologie, de neurologie il manque des lits. On a des difficultés à prendre en charge les personnes qui font des AVC, des infarctus du myocarde. Cela va être décuplé par l'afflux de patients Covid. Il faut dire aux Français de se vacciner, mais ils n'ont pas à pâtir d'un système de santé complètement dégradé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hôpital

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.