Hausse du parquet de cigarettes : "On ne peut pas laisser 200 personnes par jour mourir", alerte le ministre de la Santé

Au lendemain de la présentation du nouveau plant anti-tabac du gouvernement, Aurélien Rousseau était l'invité du "8h30 franceinfo" ce mercredi.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Illustration du mois sans tabac. (DYLAN MEIFFRET / MAXPPP)

"Le tabac, c’est 200 morts par jour. On doit réagir", alerte Aurélien Rousseau, ministre de la Santé, sur franceinfo ce mercredi. Le prix du paquet de cigarettes passera à 12 euros en 2025, puis 13 euros courant 2026. C'est "une mesure de santé publique", insiste-t-il.

"On ne peut pas laisser 200 personnes par jour mourir", assure-t-il. "Si à la fin de la mise en oeuvre de ce plan, il y a 10, 20, 50 ou 100 personnes de moins par jour qui meurent des effets du tabac, cela aura été une réussite", pour le ministre de la Santé. Mais, "cela ne peut pas marcher si c’est que punitif", il faut donc miser sur un "plan d’accompagnement" pour que ce soit une année "où collectivement, on arrête de fumer.

"Système contraventionnel"

Par ailleurs, le ministre de la Santé est revenu sur l'extension du nombre d'espaces sans tabac, et notamment aux plages, parcs et aux abords de lieux publics. Aurélien Rousseau appelle ainsi sur franceinfo "au bon sens" et au "civisme". "Il n'y a qu'en France, qu'on fume à côté des écoles". L'objectif : protéger "les plus fragiles".

C'est interdit de fumer dans ces espaces et donc il y aura "un système contraventionnel", mais "le but c'est d'abord le civisme", a-t-il précisé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.