Suisse : trois patients paraplégiques ont pu remarcher grâce à une expérience inédite

C'est la première fois que des patients paraplégiques parviennent à faire des pas sans stimulation continue de la moelle épinière.

Une photo d\'un patient paraplégique effectuant des pas à l\'Ecole polytechnique de Lausanne (Suisse), au printemps 2018. 
Une photo d'un patient paraplégique effectuant des pas à l'Ecole polytechnique de Lausanne (Suisse), au printemps 2018.  (EPFL / AFP)

C'est un pas de géant pour la médecine. Trois personnes paraplégiques traitées par stimulation électrique ont recouvré le contrôle de leurs muscles paralysés en Suisse. Ils ont pu marcher à nouveau et ce, même en l'absence de stimulation. Cette recherche de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et de l'hôpital universitaire de Lausanne (CHUV) fait l'objet de deux articles publiés, mercredi 31 octobre, dans les revues Nature (en anglais) et Nature Neuroscience.

Jusque-là, des études américaines avaient permis à des patients de faire quelques pas avec des aides à la marche, mais uniquement avec une stimulation continue. Avec cette expérience, c'est la première fois que des patients parviennent à marcher en l'absence de simulation. "Personne n'avait démontré avant" cette possibilité, explique Jocelyne Bloch, de l'hôpital universitaire de Lausanne.

Une "récupération neurologique" constatée

"Deux de ces participants étaient même capables de marcher (...) en utilisant un déambulateur à roulettes pour l'équilibre et la sécurité", explique dans un éditorial de la revue scientifique Nature Chet Moritz, un spécialiste américain de l'université de Washington à Seattle (Etats-Unis). C'est une "preuve solide que le cerveau et la moelle épinière ont rétabli des connexions naturelles", ajoute-t-il.

Des électrodes ont été placées sur les patients au niveau lombaire, en dessous de la lésion. Mais en plus de cette technique, ils ont suivi un entraînement physique intensif avec harnais. L'expérience comprend deux phases. Dans la première, la stimulation permet une activation des muscles et augmente l'endurance à l'entraînement. Dans une seconde, on commence à voir une certaine "récupération neurologique", c'est-à-dire que certains mouvements sont devenus possibles sans stimulation, explique Jocelyne Bloch.