Poitou : une mère convoquée à la gendarmerie après la plainte d'un maire contre son enfant handicapé

Vanessa, une mère de famille, vivant à La Villedieu-du-Clain, dans la Vienne, a été convoquée par la gendarmerie le 6 décembre dernier après la plainte "pour violence scolaire à l'école" déposée par la mairie de la commune à l'encontre de son enfant handicapé.

Situé à mi-chemin entre Poitiers et Gençay, le village de La Villedieu-du-Clain compte 222 habitants.
Situé à mi-chemin entre Poitiers et Gençay, le village de La Villedieu-du-Clain compte 222 habitants. (© Radio France - Jules Brelaz)

Le fils de Vanessa, âgé de 5 ans et demi, aurait "mordu une Atsem [Agent territorial spécialisé des écoles maternelles]", a expliqué la mère de famille convoquée par les gendarmes. La mairie de la commune a déposé une plainte pour "violence scolaire à l'école" à l'encontre de cet enfant handicapé, rapporte France Bleu Poitou ce lundi 23 décembre. "Cette plainte est immonde", s'est indignée Vanessa. 

"Pas d'autres issues" pour la mairie

La maire de La Villedieu-du-Clain, Isabelle Domont, interrogée par France Bleu Poitou a déclaré n'avoir pas eu "d'autres issues" que de porter plainte. "C'est pour venir en aide au personnel de l'école qui était en grande détresse, j'avais fait un courrier au département qui est resté sans suite." Le comportement de l'enfant de Vanessa mettait, selon l'élue, "les autres élèves en danger".

Isabelle Domont a assuré avoir longtemps soutenu la famille, "mais là il s'agissait de grosses violences, des coups de crayon dans les cuisses, des crachats, des griffures". "J'ai accompagné la maman mais au bout d'un moment j'ai dit stop car c'était toujours la faute de la mairie ou de l'équipe scolaire qui n'était pas compétente. Mon personnel éducatif n'a jamais rencontré des difficultés comme ça, jamais."

L'enfant temporairement retiré de l'école

Les services départementaux de l'Education nationale expliquent avoir organisé depuis 2018 plusieurs réunions avec les parents de l'enfant, son enseignante, ainsi qu'avec un enseignant spécialisé et une psychologue du Réseau d'aides aux élèves en difficulté (Rased). À la rentrée 2019, alors que les problèmes de comportement ont repris, une notification a été faite par la MDPH pour bénéficier d'un accompagnant d'élèves en situation de handicap (AESH) à temps plein. Mais suite à de nouveaux soucis à l'école, le directeur académique de la Vienne a prononcé un retrait temporaire de scolarisation jusqu'aux vacances de Noël pour apaiser la situation.

Le rectorat précise que "durant toute cette période, l'enfant a bénéficié du dispositif des Services d'assistance pédagogique à domicile (Sapad), destinés à fournir aux enfants et adolescents atteints de troubles de la santé une prise en charge à la maison, l'objectif étant de ne pas rompre les apprentissages."

La famille envisage de déménager

Depuis le dépôt de la plainte, la mère de famille a inscrit son garçon dans une autre commune environnante. Le rectorat a facilité ce changement d'établissement scolaire de l'enfant "pour lui permettre un nouveau départ". Un allègement du temps scolaire a également été décidé afin de "prendre en considération ses besoins particuliers et laisser le temps nécessaire aux soins." De son côté, Vanessa songe désormais à déménager. "Comment être bien dans un village où la maire porte plainte contre son enfant de 5 ans et demi ?"