Lucie Carrasco, tétraplégique, bloquée sept heures à l'aéroport sans son fauteuil

Après un vol Los Angeles-Paris, jeudi 3 août, la jeune femme tétraplégique a dû patienter des heures à Roissy et son fauteuil électrique a été cassé pendant le voyage.

Lucie Carrasco, styliste de 36 ans, est atteinte d\'une maladie neuromusculaire dégénérative.
Lucie Carrasco, styliste de 36 ans, est atteinte d'une maladie neuromusculaire dégénérative. (ROBYN BECK / AFP)

Une semaine après son calvaire, les muscles de Lucie Carrasco la font encore souffrir. Cette styliste de 36 ans se souviendra longtemps de son voyage à Los Angeles, et surtout de retour pour Paris, jeudi 3 août, sur la compagnie islandaise low-cost WOW Air. La jeune femme, tétraplégique en raison d'une maladie neuromusculaire dégénérative, a eu la très mauvaise surprise de retrouver son fauteuil cassé à son arrivée à Roissy-Charles de Gaulle. Elle est ensuite restée coincée sept longues heures dans le hall de l'aéroport parisien.

Une tétraplégique bloquée sept heures à Roissy sans son fauteuil : le reportage de Guillaume Farriol
--'--
--'--

Tout commence à la descente de l'avion. Lucie Carrasco récupère son fauteuil électrique, mais il est bloqué dans une position inadaptée à son handicap. Sans ce siège très sophistiqué, la jeune femme ne peut rien faire. "Malheureusement, sans mon fauteuil électrique qui est complètement adapté à moi, je ne peux pas être installée sans douleur, explique-t-elle. Je peux allonger mon dossier pour soulager des points d'appuis et sans cela, c'est très difficile de vivre."

La compagnie refuse d'appeler une ambulance

Lucie Carrasco est censée prendre le train jusqu'à Lyon, mais elle ne peut pas sans son fauteuil. La seule solution est le rapatriement par ambulance. Là encore, les choses se compliquent. "Si la compagnie aérienne ne valide pas la demande, l'ambulance ne peut pas intervenir", déplore la styliste.

S'ensuivent de longues négociations. La compagnie refuse. Les heures passent et le corps de Lucie Carrasco fatigue. Elle se fait aider par le personnel de l'aéroport qui tente de soulager sa douleur. "J'ai vu des banquettes assez grandes pour m'allonger donc je me suis allongée, raconte-t-elle. J'ai utilisé des vestes et des foulards pour me caler dans le dos et sous les jambes." La solution n'arrive qu'après sept heures d'attente, lorsque la compagnie finit par appeler une ambulance.

Une plainte déposée

Une semaine plus tard, la jeune femme ne s'est pas remise, la douleur est toujours là, mais Lucie Carrasco se décrit comme une battante. Malgré sa mésaventure, elle ne compte pas renoncer à voyager : "La vie n'est pas adaptée pour moi alors je préfère m'adapter à la vie, cela va beaucoup plus vite. Je ne peux pas concevoir que, par la négligence des autres, je doive rester chez moi."

Je n'ai qu'une vie, je ne vais pas m'excuser de la vivre !Lucie Carrascoà franceinfo

Lucie a porté plainte contre la compagnie. Elle demande le remboursement du voyage et le prix de la réparation de son fauteuil. De son côté, WOW Air dit "regretter que la passagère ait dû traverser une telle épreuve".