Le nombre d’aveugles dans le monde va tripler d’ici 2050

Il y avait 36 millions d’aveugles en 2015. Un nombre qui devrait être multiplié par trois d’ici 35 ans selon une étude. En cause : l’augmentation démographique et le vieillissement de la population. Une projection qui pourrait être revue à la baisse à condiiton d’investir davantage dans le développement de nouveaux traitements.

Ils étaient 36 millions en 2015, ils seront trois fois plus en 2050. Selon une étude publiée jeudi, le nombre de personnes aveugles devrait fortement augmenter dans les années à venir, du fait de la croissance démographique et du vieillissement de la population. Selon une projection de l’Ined publiée en 2013, l’humanité doit compter 9,3 milliards de membres en 2050, soit près de deux milliards supplémentaires. L’OMS table sur un doublement de la proportion de personnes de plus de 60 ans, pour passer à 22% à la moitié du siècle.

Cette croissance du nombre de personnes aveugles pourrait toutefois être freinée à condition d'investir davantage dans le développement de nouveaux traitements, estiment les auteurs de l'étude, publiée dans la revue britannique The Lancet Global Health.

217 millions de personnes étaient par ailleurs touchées par une déficience visuelle modérée à sévère en 2015, soit 35% de plus qu'en 1990, et elles devraient être 588 millions en 2050, estime l'étude, qui a compilé des données portant sur 188 pays. Plus d'un milliard souffraient par ailleurs de presbytie, un trouble de la vision de près qui apparaît avec l'âge. Ces statistiques comptabilisent uniquement les personnes qui ne bénéficient pas d'une correction adaptée, a précisé Rupert Bourne, professeur à l'université Anglia Ruskin (Royaume-Uni).

Selon les définitions de l'OMS, la cécité désigne une acuité visuelle inférieure à 1/20 ou un champ de vision limité à 10° ou moins, tandis qu'une déficience visuelle sévère correspond à une acuité comprise entre 1/20 et 1/10 et modérée, entre 1/10 et 3,3/10.

La prévalence de la cécité en baisse grâce à l’amélioration du niveau de vie

Les chercheurs estiment que "la prévalence globale de la cécité a diminué de 0,75% en 1990 à 0,48% en 2015, tandis que le taux de déficience visuelle modérée à sévère s'est réduit de 3,83% à 2,90%". Ils attribuent cette évolution à l'amélioration du niveau de vie, aux programmes de santé publique, au développement de traitements tels que la chirurgie de la cataracte et à un meilleur accès aux services d'ophtalmologie.

"Cependant, la plupart des déficiences visuelles étant liées à l'âge, à mesure que la population continue à croître et à vieillir, le nombre de personnes concernées a augmenté dans le monde", expliquent-ils. Et il devrait continuer à le faire, d'autant que la proportion de personnes touchées pourrait cesser de diminuer voire rebondir à partir de 2020, selon eux.

Ces projections ne prennent pas en compte les éventuels progrès qui pourraient être faits d'ici là en matière de diagnostic, de traitements ou d'accès aux services de santé, a souligné le Pr Bourne.

L'étude montre aussi de très fortes disparités géographiques, avec une prévalence nettement plus élevée dans les pays à faibles revenus d'Afrique subsaharienne et en Asie. On compte ainsi 1,98% d'aveugles en Afghanistan et 1,86% en Ethiopie, contre seulement 0,08% en Islande, en Belgique et au Danemark. En France, la proportion est estimée à 0,14%. Les femmes sont par ailleurs plus touchées, puisqu'elles représentent 56% du total des personnes aveugles et 55% des déficients visuels.

Avec AFP