L'Association des paralysés de France demande une nouvelle revalorisation de l'allocation adulte handicapé

Des membres de l'Association des paralysés de France (APF) se sont rassemblés lundi devant les permanences de plusieurs députés de la République en marche pour demander une nouvelle hausse de l'allocation adulte handicapé.

Emmanuel Macron au siège de l\'APF Entreprise 93 à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), le 5 avril 2017.
Emmanuel Macron au siège de l'APF Entreprise 93 à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), le 5 avril 2017. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Des militants de l'Association des paralysés de France (APF) ont manifesté lundi 29 janvier devant les permanences des députés de la République en marche en Mayenne, dans le Loiret et en Loire-Atlantique. Ils réclament une nouvelle revalorisation de l'allocation adulte handicapé. Ils estiment que la hausse votée cette année par les députés de la majorité est insuffisante.

Selon l'APF, la hausse de 100 euros de l'allocation adulte handicapé ne bénéficiera pas à tous les allocataires. Cette revalorisation était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Dès cette année, elle passera de 810 à 860 euros puis à 900 euros en 2019.

En-dessous du seuil de pauvreté

Pour l'assocation le compte n'y est pas. Léa Achaud, directrice territoriale de l'APF dans le Loiret, précise "qu'on reste en dessous-du seuil de pauvreté, fixé en France à un peu plus de 1 000 euros". Les militants accusent les parlementaires d'avoir voté, en même temps que cette augmentation, une série de mesures qui priveront la moitié des personnes concernées de cette hausse tant attendue.

Dans le Loiret, par exemple, une vingtaine de personne s'est rassemblée devant la permanence de la député de la majorité Stéphanie Rist, à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin. A Château-Gontier, en Mayenne, ils se sont postés devant le local de la députée La République en marche, Géraldine Bannier.