Handicap : des enfants toujours sans classe pour les accueillir

Selon les mesures annoncées en juin par le gouvernement, cette rentrée devait être celle de l’école inclusive. Mais deux mois plus tard, des milliers d'enfants handicapés restent sans solution. 

361 500 élèves en situation de handicap auraient dû trouver une place dans l’établissement scolaire de leur choix selon les engagements du gouvernement avant l'été. Une circulaire annonçait de nouveaux dispositifs, notamment pour garantir l'accès à des professionnels qui accompagnent les enfants dans les classes.

Deux mois après la rentrée, entre 8 000 et 11 000 enfants seraient sans solution. Marie-Aude Torres Maguedano, directrice exécutive de l’UNAPEI, fait le point sur les difficultés rencontrées par les familles. 

Un bilan mitigé

Marie-Aude Torres Maguedano, UNAPEI : " Le bilan deux mois après la rentrée est assez mitigé pour les enfants en situation de handicap. Il y a eu une ambition forte annoncée avec un certain nombre de dispositifs. Ce qu’on regrette et ce que l’on paie aujourd’hui c’est le manque d’anticipation puisque les mesures ont été lancées en juin. Et aujourd’hui le constat c’est que beaucoup de choses ont commencé à se mettre en place seulement ces dernières semaines et les choses commencent tout juste à être effectives. Donc c’est un peu mitigé. C’est ce qu’on retrouve sur la plateforme marentree.org qui permet de recueillir des témoignages de familles. Et on constate que beaucoup de familles restent sans solutions."

Trois types de situations difficiles 

Marie-Aude Torres Maguedano, UNAPEI : " Il y a trois types de situations signalées par les familles. Certaines manquent d’AESH (Accompagnant d’Elève en Situation de Handicap), soit complètement soit avec un accompagnement seulement partiel, c’est-à-dire de seulement 2 ou 3 heures par semaine. D’autres sont en liste d’attente pour un Institut Médico-Educatif. Une question importante quand on regarde la réalité des famille, c’est celle du temps péri-scolaire. C’est-à-dire que vous pouvez avoir quelques heures à l’école mais pas de cantine, pas de centre aéré… donc votre vie elle est quand même très très compliquée en tant que parent d’enfant handicapé ! Et la réalité de la scolarisation pour l’enfant elle est quasi nulle."

Des situations complexes pour les enseignants

Marie-Aude Torres Maguedano, UNAPEI : " Les enseignants se retrouvent à gérer des dispositifs plus ou moins mis en place, ils espèrent de l’aide et ils souffrent d’un déficit de formation. On attend encore des personnes dans les classes ! Donc ce sont des situations compliquées avec beaucoup d’espoir et pas beaucoup de concrétisation."

Manque de places pour les handicaps les plus lourds

Marie-Aude Torres Maguedano, UNAPEI : "Pour tous les enfants dont le handicap ne leur permet pas d’intégrer l’école classique aujourd’hui, il existe de très longues listes d’attente qui peuvent durer 3, 4, 5 ans ! Donc ce sont des enfants plus lourdement handicapés qui sont encore à la charge des parents."

 

Handicap : des enfants toujours sans classe pour les accueillir
Handicap : des enfants toujours sans classe pour les accueillir