Cet article date de plus de trois ans.

Championnats d'Europe d'athlétisme handisport : Timothée Adolphe et "la magie de la relation athlète-guide"

Le sprinteur français, aveugle, va chercher deux nouveaux titres européens sur 100 et 200 m.

Article rédigé par
Antoine Decarne - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'athlète handisport Timothée Adolphe, avec son guide Yannick Fonsat, aux championnats du monde à Londres le 21 juillet 2017. (ADRIAN DENNIS / AFP)

C'est la star française de l'athlétisme handisport. Timothée Adolphe entre en lice mercredi 22 août dans les championnats d'Europe handisport qui ont lieu à Berlin. Le sprinteur, déjà quatre fois champion d'Europe et deux fois médaillé de bronze aux championnats du monde, va chercher deux nouveaux titres continentaux sur le 100 m et le 200 m. 

Âgé de 28 ans, celui qu'on surnomme le "guépard blanc" est non-voyant. Le Français court accompagné d'un guide. C'est pourquoi il estime que l'athlétisme est un sport d'équipe, et lorsqu'il gagne, il partage la victoire avec celui qui l'accompagne sur la piste. "C'est la magie et la beauté de la relation athlète-guide, explique Timothée Adolphe, tout le monde se met au service du collectif et au service de l'objectif qui est visé"

Une synchronisation parfaite

Courir à deux nécessite un travail de grande précision, avec le même tempo, la même foulée, les mêmes mouvements de bras : il faut une synchronisation parfaite. "C'est vraiment un travail qu'on pourrait comparer à la natation synchronisée", s'amuse l'athlète. "Quand les filles sont dans l'eau, elles ne se voient pas forcément et doivent effectuer les mêmes mouvements, nous c'est un peu la même chose."

Comme Timothée Adolphe va de plus en plus vite, il a dû s'entourer de guides plus rapides. Depuis un an, Yannick Fonsat court avec lui sur 200 m. Il a été médaillé de bronze aux championnats d'Europe chez les valides en 2012 et il se doit d'être à son meilleur niveau pour accompagner Timothée Adolphe.

"Le plus important pour moi c'est d'avoir vraiment une marge, pour pouvoir le guider, et ne pas être trop fatigué, explique Yannick Fonsat, pour pouvoir être assez lucide pendant la course, pour ne pas faire d'erreur sur le guidage".

Ce travail minutieux doit permettre à Timothée Adolphe d'exprimer au mieux son potentiel, et d'aller chercher deux nouveaux titres sur le 100 m et le 200 m de sa catégorie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Handicap

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.