Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Envoyé spécial. L’étonnant commerce du sperme

Publié
Durée de la vidéo : 32 min.
Envoyé spécial. L'étonnant commerce du sperme
Envoyé spécial/France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Aujourd’hui, les spermatozoïdes masculins se vendent, s’achètent, s’exportent... Ce qui n'est pas sans créer de nombreux problèmes éthiques. Comment encadrer ce marché naissant ? Peut-on vendre du sperme comme n’importe quel produit ?

La question est tout simplement inédite dans l’histoire de l’humanité : pour la première fois, notre capacité à nous reproduire est remise en cause par l’augmentation inquiétante de l’infertilité masculine. En à peine vingt ans, la quantité de spermatozoïdes produite par les Français a été divisée par deux, comme dans toute l’Europe, l’Amérique du Nord et la Chine. Les causes sont encore mal connues, mais une chose est sûre : elles ont créé un véritable business du sperme.

Donneurs sur catalogue

Aujourd’hui, les gamètes masculins se vendent, s’achètent, s’exportent, comme n’importe quel produit commercial. Aux Etats-Unis, il existe déjà tout un marché autour des spermatozoïdes : des banques de sperme où l’on peut choisir son donneur sur catalogue, en fonction de son physique, de son niveau d’étude, de critères ethniques, religieux, et même… de son signe astrologique ! Installées près des universités américaines, elles permettent aux étudiants de gagner jusqu’à 15 000 dollars par an.

Ce business n’est pas sans créer de nombreux problèmes éthiques : certaines banques de sperme sont aujourd’hui accusées de dissimuler des informations essentielles aux familles, comme des maladies génétiquement transmissibles présentes chez le donneur. Quid des risques de consanguinité, quand certains donneurs revendiquent aujourd’hui… plus de 120 enfants ? Comment encadrer cet étonnant marché naissant ? Peut-on vendre du sperme comme n’importe quel produit ?

Une enquête d’Agathe Lanté, Mathieu Despiau et Yvan Burnier, Nicolas Margerand, Alexandra Kogan.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.