Grippe : le pic de l'épidémie approche

Cette année, la faible efficacité du vaccin a entraîné une hausse du nombre de cas. 

L\'Institut de veille sanitaire (InVS) indique, le 11 février 2015, que l\'épidémie de grippe est bien installée en France (photo d\'illustration).
L'Institut de veille sanitaire (InVS) indique, le 11 février 2015, que l'épidémie de grippe est bien installée en France (photo d'illustration). (YVES ROUSSEAU / BSIP / AFP)

La grippe saisonnière a déjà touché en France métropolitaine 1,5 million de personnes depuis le début de l'épidémie. Selon le dernier bilan de l'Institut de veille sanitaire (InVS), publié mercredi 11 février, plus de 5 400 personnes sont passées par les urgences. Parmi elles, 483 cas graves ont conduit les malades en réanimation, tandis que 42 personnes sont mortes des suites de la maladie depuis le 1er novembre.

"Le nombre de consultations pour syndromes grippaux en médecine ambulatoire continue à augmenter fortement", a expliqué l'InVS dans son dernier bulletin hebdomadaire. Ainsi, "le pic pourrait être atteint cette semaine". 

Le nombre de cas a doublé en une semaine

En moyenne, l'épidémie de grippe saisonnière frappe chaque année 2,47 millions de personnes, selon les chiffres du réseau Sentinelles de l'Inserm, récoltés entre 1984 et 2013. Cette année, elle a déjà frappé 1,5 million de personnes depuis le franchissement du seuil épidémique (fixé à 179 cas pour 100 000 habitants), la semaine du 19 janvier. En effet, le nombre de cas de grippe saisonnière a doublé entre la troisième et la quatrième semaine du mois de janvier, selon le réseau Sentinelles.

Puisqu'une épidémie dure en moyenne 9 semaines, le nombre total de malades pourrait être particulièrement élevé cette année. Cette hausse du nombre de cas s'explique notamment par la faible efficacité du vaccin cette année. "Chaque vaccin contient trois souches du virus", a expliqué à francetv info Claude Leicher, médecin généraliste dans la Drôme et président du syndicat MG France. Mais cette année, "une mutation est apparue [sur l'une des trois souches du virus, H3N2] entre le moment où l'on a choisi les souches à mettre dans le vaccin et le début de l'épidémie. Or cette souche est celle qui circule le plus actuellement et contre laquelle le vaccin est donc souvent moins efficace."

Le nombre de morts pourrait être plus élevé que d'habitude

Cette année, le nombre de morts devrait augmenter de 20%. "Si vous avez une grosse épidémie, le pourcentage relativement stable de personnes qui décèdent de la grippe va entraîner un nombre de morts un peu plus important", explique le professeur de virologie Bruno Lina, responsable du centre national de référence sur la grippe basé à Lyon, cité par RTL vendredi. 

Selon l'Inserm, les plus de 65 ans ne représentent que 5 à 11% des cas de grippe, mais paient le plus lourd tribut : ils représentent la quasi-totalité (90%) des 1 500 à 2 000 décès annuels liés à la grippe.