Grippe aviaire : les oiseaux vivants et les œufs de Dordogne interdits à l'export

Alors que des cas de virus H5 ont été découverts dans des élevages, le gouvernement a pris un arrêté, jeudi. 

Un panneau \"police sanitaire\" est installé devant une exploitation de Biras (Dordogne), le 25 novembre 2015, où un cas de virus H5 a été détecté. 
Un panneau "police sanitaire" est installé devant une exploitation de Biras (Dordogne), le 25 novembre 2015, où un cas de virus H5 a été détecté.  (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Le gouvernement a interdit l'exportation d'oiseaux vivants et d'œufs "depuis l'ensemble du département de la Dordogne à destination d'autres Etats membres de l'Union européenne ou de pays tiers", selon un arrêté paru au Journal officiel, jeudi 3 décembre.

Le transport sur le territoire français de volailles, poussins, œufs et viandes d'espèces aviaires est soumis à autorisation du préfet, précise encore l'arrêté, après avis des services vétérinaires, pour les produits provenant de 87 communes en Dordogne et en Haute-Vienne.

Une situation "sérieuse", selon le préfet

Après la découverte de deux cas de grippe aviaire dans des élevages de Dordogne, le préfet a qualifié la situation de "sérieuse", mardi. Les deux derniers cas de grippe aviaire détectés à Saint-Paul-la-Roche et à Domme n'ont pas été caractérisés avec précision, les volailles étant "porteuses d'un virus H5 dont on ne connaît pas le N".

Alors que la Dordogne est un important producteur de foie gras, le ministère de l'Agriculture rappelle "que l'influenza aviaire n'est pas transmissible à l'homme par la consommation de viande, œufs, foie gras, et plus généralement de tout produit alimentaire".