Etre enrhumé ou conduire, il faut choisir

Selon une étude britannique, les conducteurs en proie à des éternuements ou à une grippe présentent autant de risques que ceux qui ont bu quatre verres de whisky. 

Selon une étude de la société d\'assurances Young Marmalade, l\'aptitude à bien conduire diminue de moitié quand l\'automobiliste est très enrhumé.
Selon une étude de la société d'assurances Young Marmalade, l'aptitude à bien conduire diminue de moitié quand l'automobiliste est très enrhumé. (DVID RYLE / AFP )

Les microbes rivalisent avec le whisky en matière d'insécurité routière. Un mauvais rhume ou une grippe serait aussi dangereux pour un conducteur et les autres usagers de la route que la consommation d'alcool, selon une étude de la société d'assurances britannique Young Marmalade, rapportée par le Telegraph (article en anglais), le 4 janvier.

Les chercheurs ont enregistré la vitesse des conducteurs, leurs coups de frein et leur façon d'aborder les virages. Or, quand ces derniers sont malades, leur aptitude à bien conduire diminue de moitié, à l'instar des conducteurs qui ont bu quatre verres de double whisky. 

Les réflexes diminuent

Comme avec l'alcool, les réflexes diminuent, les temps de réaction sont plus longs et les conducteurs sont plus enclins à freiner brusquement. "Un gros rhume nuit à l'humeur du conducteur, à sa concentration et à son jugement", explique Nigel Lacy de Young Marmalade au Telegraph.

Selon un officier de police, le fait d'éternuer violemment au volant est particulièrement dangereux, car le conducteur doit temporairement fermer les yeux. Ceux qui ont la goutte au nez pourraient ainsi être verbalisés, prévient la police. Une bonne excuse, comme le souligne 7sur7.be, pour rester au lit.