Sargasses aux Antilles : la traque des scientifiques

Depuis 2011, les sargasses envahissent le littoral antillais. Des algues toxiques et mal odorantes qui deviennent un calvaire pour les habitants. Les élus dénoncent l’inaction de l’État.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les plages de rêve sont défigurées par une immense marée sombre. La putréfaction de la sargasse dégage des gaz toxiques obligeant les gens à quitter les lieux. Les nettoyages incessants n’y font rien, l'algue revient par milliers de tonnes.
Mais alors, d’où vient-elle et pourquoi ? Un mystère que tentent de percer les chercheurs à Marseille. Une équipe mène l’enquête et a réussi à cultivera l’algue en reconstituant son milieu d’origine. Comme elle n’a jamais été étudiée auparavant, tout reste à faire. "Les connaître, c’est fondamental. Chaque espèce va avoir des propriétés très différentes. Il faut connaitre le coupable du crime", explique le responsable de recherches sargasses M.I.O. Thierry Thibaut.

Réchauffement climatique en cause ?

Mais au nord des Antilles, là où Christophe Collomb a découvert la mer des sargasses, il n’y a plus rien. C’est au sud, entre l’Afrique et le Brésil que l’équipe a découvert une autre mer de sargasses. Et des premières hypothèses ont été soulevées : d’abord un enrichissement en éléments chimiques au large des côtes du bassin amazonien, à cause de l’agriculture par exemple. Mais aussi certainement une contribution du réchauffement climatique qui peut favoriser certaines espèces. D’où la prolifération.
À terme, l’identification précise des sargasses pourrait permettre de les récolter voire de les valoriser. Si les recherches continuent.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'algue sargasse devient toxique une fois échouée sur le littoral (photo d\'algues sargasse échouées sur une plage de Martinique en 2011).
L'algue sargasse devient toxique une fois échouée sur le littoral (photo d'algues sargasse échouées sur une plage de Martinique en 2011). (PATRICE COPPEE / AFP)