Sanofi : le groupe a-t-il caché la pollution ?

Le site de Sanofi de Mourenx, dans les Pyrénées-Atlantiques a été fermé en raison de fumées toxiques qui s'échappait de ses cheminées. Le gouvernement attend de nouvelles analyses.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Pendant des mois, des produits toxiques particulièrement dangereux pour la santé sont sortis des cheminées du site de Sanofi de Mourenx, dans les Pyrénées-Atlantiques. Parmi eux, du bromopropane, un solvant utilisé pour la fabrication de la dépakine et considéré comme cancérogène. Les riverains sont sous le choc. L'affaire n'a été révélée que le 9 juillet dernier, mais Sanofi était au courant depuis six mois.

Sanofi était au courant

Comme le prévoit la loi, le groupe a procédé à des contrôles : fin 2017, les rejets de bromopropane étaient 90 000 fois supérieurs aux normes, en mars 2018, ils étaient 190 000 fois supérieurs. Aujourd'hui, Sanofi minimise et assure qu'il n'y a aucun risque sanitaire. La loi obligeait le laboratoire pharmaceutique à communiquer ces informations aux services de l'État dans les meilleurs délais, la préfecture ne découvrira pourtant ces dépassements que fin mars, au cours d'un contrôle. Le gouvernement exige des analyses complémentaires d'un laboratoire indépendant avant d'envisager la réouverture du site. 

Sur 39 personnes classées dans la plus mauvaise catégorie en août 2016, 20 avaient quitté l’entreprise quelques mois plus tard.
Sur 39 personnes classées dans la plus mauvaise catégorie en août 2016, 20 avaient quitté l’entreprise quelques mois plus tard. (ERIC PIERMONT / AFP)